•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sadomasochistes du Grand Vancouver accusent un ancien maître de poursuite-bâillon

Le bout d'une cravache est posé sur l'épaule nue d'une femme.

Le nombre de membres de l'association a explosé depuis le succès du film « 50 nuances de Grey », dont est tirée cette image.

Photo : Universal Pictures

Radio-Canada

L’association libertine du Grand Vancouver doit comparaître devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique jeudi pour répondre a des accusations portées par son ancien maître du donjon, Seann Lyncaster, qui reproche à l’association de nuire à sa réputation.

Seann Lyncaster a porté plainte contre les administrateurs de l’association, l’an dernier, après que ceux-ci l’eurent exclu pour mauvais comportement. L’ancien maître du donjon affirme que le président de l’association a diffusé une lettre ouverte l’accusant d’avoir invité une personne mineure chez lui pour discuter de pratiques sadomasochistes et d’avoir abusé de jeunes femmes durant des fêtes coquines.

Seann Lyncaster, connu dans la communauté sous le pseudonyme de Lord Braven, prétend que cette lettre, ainsi que deux assemblées qui ont suivi, ont entaché sa réputation. Il dit aussi que l’association libertine du Grand Vancouver a incité l’association Maîtres et esclaves ensemble, dont il était le président, à l’exclure.

Le résultat est que les visites dans la maison du plaignant à Burnaby, surnommée le Manoir Braven, sont de plus en plus rares, selon lui. Une vidéo de promotion sur YouTube présente le Manoir Braven comme un bâtiment équipé de pièces à thèmes et d’objets destinés au fétichisme.

Selon des documents judiciaires, l’association libertine du Grand Vancouver demande que la plainte de Seann Lyncaster soit rejetée. Elle affirme avoir agi de bonne foi dans la foulée du mouvement #MoiAussi pour protéger une communauté grandissante d’amateurs de sadomasochisme, dont la curiosité a été piquée par le succès du livre et du film 50 nuances de Grey.

L’association qualifie la démarche de Seann Lyncaster de procédure-bâillon, prétendant que l’ancien maître du donjon a fait pression sur plusieurs membres de l’association pour qu’ils ne témoignent pas contre lui.

Selon l’association, Seann Lyncaster a écrit dans un courriel que les noms de chaque membre du conseil d’administration seraient rendus publics au cours de la procédure judiciaire et qu’ils seraient ainsi faciles à trouver par une simple recherche sur Internet.

Des lattes de bois sont croisées de manière à représenter une silhouette humaine et sont adossées à un mur de pierre.

Seann Lyncaster a aménagé sa maison pour y accueillir des soirées libertines.

Photo : YouTube / Kinx Studioz

L’association accuse aussi le plaignant d’avoir déjà dévoilé par le passé à la famille d’une partenaire qu’elle s’adonnait au sadomasochisme.

Seann Lyncaster rétorque qu’il ne peut pas être accusé d’avoir recours à une procédure-bâillon puisque le sujet du litige n’est pas une affaire publique et qu’il n’est pas le genre de personnes riches visées par le gouvernement provincial lorsque celui-ci a présenté son projet de loi contre les poursuites-bâillons l’an dernier.

Ni l’avocat de l’association ni l’avocat de Seann Lyncaster n’ont souhaité faire de commentaires et aucune des allégations n’a été prouvée en cour.

Avec les informations de Jason Proctor

Colombie-Britannique et Yukon

Procès et poursuites