•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Témiscamingue se prépare à accueillir le Tour de l'Abitibi

Des cyclistes en pleine course sur route.

Les cyclistes du Tour de l'Abitibi lors de l'épreuve à Val-d'Or, le 16 juillet

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Tanya Neveu

Le Témiscamingue s'apprête à accueillir vendredi une épreuve du Tour de l'Abitibi. Cet événement nécessite une logistique imposante, puisque l'épreuve de 130 kilomètres se déroulera dans 11 municipalités de la MRC.

La dernière fois que le Témiscamingue a accueilli une épreuve du Tour, c'était en 2016.

Depuis plusieurs semaines, une équipe complète de la MRC est destinée à organiser l'épreuve qui aura lieu vendredi. Toutes les municipalités visitées sont aussi mises à profit dans l'organisation.

Le trajet, les messages d'intérêt public, les soigneurs, tout doit être pensé. Environ 150 bénévoles seront mis à contribution.

Chaque commerçant a été avisé des perturbations durant l'événement.

Ça amène une certaine visibilité au niveau du Témiscamingue qui est très intéressante, mais ça amène aussi son lot de problématiques routières, si on veut, donc il y a certains commerces qui vont voir leurs entrées fermées, explique la coordonnatrice aux communications à la MRC de Témiscamingue, Catherine Drolet Marchand.

Même si le défi d'organisation est grand, les retombées économiques deviennent intéressantes, puisque 250 personnes sont attendues au Témiscamingue vendredi.

La sécurité, une priorité

La sécurité occupe donc une place primordiale dans l'organisation de cette épreuve. Ce qu'on veut, c'est qu'à chaque intersection du parcours concerné, il y ait des bénévoles qui soient là pour signaler, demander aux automobilistes de s'arrêter pendant quelques minutes, affirme l'agent de développement en tourisme à la MRC de Témiscamingue, Julien Vansimaeys.

La Sûreté Québec est aussi omniprésente tout au long du Tour de l'Abitibi, comme l'explique la porte-parole, Marie-Pierre Lorin.

Ce sont quatre véhicules et une moto à l'avant [du peloton] et deux véhicules à l'arrière. À chaque intersection, il va y avoir des agents. À chaque intersection que le peloton va croiser, les routes vont être bloquées, dit-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Cyclisme sur route