•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève générale imminente : des terrains de camping de la Sépaq fermeront

Une tente luxueuse et une famille qui pique-nique dans la forêt.

Un terrain de camping dans un parc de la Sépaq

Photo : Sépaq

Alain Rochefort

Une dizaine de terrains de camping du Québec seront fermés si une grève générale des 1500 travailleurs des parcs de la Sépaq est déclenchée samedi. Environ 350 réservations seraient ainsi annulées à la « dernière minute ».

Ces clients malchanceux ne pourraient donc pas se rendre comme prévu sur certains terrains de camping, pour la plupart situés en région éloignée, à compter du 20 juillet parce que la Sépaq ne serait pas en mesure « d’y offrir un service minimal », explique son porte-parole, Simon Boivin.

« Ces gens peuvent faire déplacer leur séjour, se faire créditer ou rembourser », a-t-il affirmé mercredi à Alexandra Duval, au micro de l’émission C'est encore mieux l'après-midi.

Un tableau des établissements touchés par une possible grève est présenté sur le site Internet de la Sépaq (Nouvelle fenêtre). « Pour l'hébergement, aucune arrivée ne pourra se faire à compter du 20 juillet 2019 dans les unités ciblées dans ce tableau », peut-on lire.

Des syndiqués en grève brandissent des pancartes et des drapeaux.

Les 1500 syndiqués de la Sépaq dans les parcs nationaux menacent de débrayer en bloc samedi si aucune entente n'intervient d'ici là avec leur employeur.

Photo : Radio-Canada

7000 lettres

Au cours des dernières heures, la Sépaq a également acheminé des lettres à 7000 clients qui ont des réservations pour au moins une journée entre les 17 et 22 juillet dans l'un des 23 parcs touchés.

Environ 5500 destinataires ont été prévenus du maintien de leur séjour à venir, mais avec une diminution de l’offre de services en raison d’une baisse des effectifs.

« Dans la mesure où l'avis de grève est appliqué, les opérations à effectif réduit risquent d'avoir un impact sur certains services, tels que la restauration, la location d'équipement nautique, les plages, les services de ménage dans les unités d'hébergement et les activités guidées », peut-on lire dans une lettre dont Radio-Canada a obtenu copie.

« En fonctionnant à effectifs réduits, l’ensemble de l’offre d’activités ne peut pas être la même que d’habitude. Dans le cas des gens qui [louent] des chalets, il se pourrait que le ménage n’ait pas été fait de la même façon que règle générale », souligne Simon Boivin.

Compensations?

Diverses options seront offertes à ces 5500 clients, s’ils sont touchés par une grève générale.

« Il y a une offre de services moindre, mais votre séjour, si vous désirez le conserver, pourrait être affecté par le débrayage. Une compensation pourrait vous être offerte si vous désirez y aller quand même. Mais quelqu’un qui, autrement, décide de se faire créditer ou rembourser ou de reporter son séjour, c’est tout à fait possible », ajoute Simon Boivin.

La propreté des lieux qui demeureraient ouverts serait néanmoins au cœur des préoccupations de la Sépaq.

« La capacité à rendre le service que les employés [...] font de la même manière dans un contexte de débrayage, ce ne sera pas nécessairement comparable. Mais bien évidemment, les gens qui seront dépêchés sur le terrain vont faire de l’entretien ménager des blocs sanitaires ».

Une ligne téléphonique, 1 800 665-6527, est mise à la disposition des clients concernés.

Relations de travail

Société