•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des moutons mis en quarantaine après la découverte d'un cas de tremblante

Un troupeau de moutons blancs.

La tremblante est une maladie qui touche le système nerveux central des ovins et des caprins.

Photo : iStock

Radio-Canada

Deux troupeaux de moutons du centre de l'Alberta ont été mis en quarantaine par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) après la découverte d'un cas de tremblante, une maladie mortelle qui touche le système nerveux central des moutons et des chèvres.

À la mi-juin, l'ACIA a confirmé qu'un mouton était atteint de la tremblante, une maladie liée à la vache folle, et a mis en œuvre des mesures de lutte contre la maladie dans cette ferme.

Elle a constaté que le mouton malade avait vécu dans d'autres fermes, ce qui a entraîné la mise en quarantaine d'un troupeau dans une deuxième exploitation ovine.

Tous les moutons qui sont entrés en contact avec l'animal malade subiront un test sanguin génétique, selon l'ACIA, et ceux qui n'ont pas de caractère génétique qui les rendrait résistants à la maladie seront abattus.

Il n'y a aucun lien connu entre la tremblante et la santé humaine, a précisé l'ACIA.

Selon l’agence, lorsqu'une analyse de dépistage de la tremblante est confirmée, des mesures de lutte contre la maladie scientifiquement rigoureuses et internationalement reconnues sont prises immédiatement. La destruction et l’élimination sans cruauté de tous les animaux infectés ou à risque constituent l’une de ces mesures.

Après la mise à mort des animaux, les fermes mises en quarantaine devront être nettoyées et désinfectées.

C'est une maladie évolutive. [Il faut] habituellement un certain temps avant que l'animal ne montre des signes, dit Michel Levy, professeur en médecine vétérinaire à l'Université de Calgary.

Les signes sont très différents. Les animaux peuvent devenir très nerveux, ils peuvent se gratter beaucoup, et finalement, avec le temps, ils mourront.

Des agneaux et des brebis se tiennent dans la bergerie.

La tremblante peut mettre des années à se manifester chez les moutons, mais une fois qu'elle se manifeste, il ne faut que quelques mois pour qu'elle soit mortelle.

Photo : Facebook / Les Moutons du Large

La maladie peut prendre jusqu'à huit ans pour se développer. Une fois que les signes de la maladie se manifestent chez un animal, il mourra en quelques mois.

À ce jour, il n'y a ni traitement ni vaccin. La tremblante peut se transmettre d'une brebis à sa progéniture, et des prions infectieux, des protéines mal repliées, principalement dans le cerveau, qui se répliquent en déformant d'autres protéines, ont été trouvées dans le lait, la salive, les excréments et l'urine des animaux infectés.

Des troupeaux entiers pourraient être abattus

Le professeur Michel Levy affirme que des mesures sont prises pour éradiquer la maladie au Canada.

Cela pourrait signifier que des dizaines d'animaux seraient tués s'ils ont été en contact avec les moutons infectés, afin d'éviter la propagation de la maladie.

Il se peut que, parfois, le troupeau soit affecté, mis en quarantaine et détruit. Donc, financièrement, c'est un gros problème.

M. Levy indique que la meilleure façon de prévenir la maladie est de s'assurer que les animaux sont testés ou mis en quarantaine avant d'être introduits dans un troupeau.

C'est handicapant. Ça peut détruire une entreprise.

Jeanette Hall, productrice de chèvres

La productrice de chèvres Jeanette Hall dit avoir fait beaucoup d’efforts pour renforcer ses propres pratiques de biosécurité.

La seule façon de prévenir une catastrophe est d'adopter les meilleures stratégies de gestion, d'être proactif et de prendre les devants. Parce que, une fois que la maladie s’est déclarée, il n'y a plus rien que nous puissions faire, explique-t-elle.

Mme Hall aimerait la création de programmes de traçabilité plus fiables dans le pays et exhorte les municipalités à créer leurs propres politiques.

La raison pour laquelle nous voulons la traçabilité, c'est pour que nous puissions suivre nos aliments de la ferme jusqu'à l'assiette, affirme-t-elle.

Les animaux se déplacent partout dans notre province tout le temps. Si nous ne prenons pas les mesures appropriées pour que ça se fasse en toute sécurité, nous allons mettre beaucoup de gens en danger, avertit Jeanette Hall.

La productrice des chèvres dénonce le fait que l'ACIA ne lui ait pas donné plus d'information sur la situation.

La tremblante a été détectée pour la première fois au Canada en 1938 et est devenue une maladie à déclaration obligatoire pour laquelle un programme de lutte a été mis en place en 1945.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Santé publique