•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

448 millions $ de chèques de vacances pour les travailleurs de la construction

Photo générique d’employés de la construction sur divers chantiers à Montréal.

Près de 160 000 travailleurs de la construction seront en vacances vendredi midi.

Photo : Ivanoh Demers

Stéphane Bordeleau

Vendredi, à midi, près de 160 000 travailleurs de la construction quitteront les chantiers du Québec pour les traditionnelles vacances de la construction qui s’étendront cette année du 21 juillet au 3 août.

La Commission de la construction du Québec (CCQ) affirme dans un communiqué avoir distribué cette année 159 000 chèques de vacances aux travailleurs des chantiers pour un montant total de 447,9 millions de dollars.

Selon la CCQ, qui perçoit et gère les cotisations de vacances des travailleurs de la construction au Québec, la valeur totale des chèques de vacances a augmenté cette année de 6 % par rapport aux 421 millions versés aux travailleurs l’an dernier.

« Cette variation s'explique principalement par la hausse de l'activité de construction enregistrée durant l'année », souligne la CCQ.

Pourcentage sur le salaire des travailleurs perçu par la CCQ pour les jours fériés chômés et les congés annuels obligatoires prévus aux conventions collectives.

  • 6 % en congés annuels
  • 5,5 % en jours fériés chômés
  • 1,5 % en congés de maladie
  • Total : 13 % du salaire gagné

Des vacances obligatoires

Bien que la vaste majorité des travailleurs tomberont de facto en vacances dès vendredi midi, les vacances de la construction commencent officiellement le dimanche 21 juillet pour se terminer le samedi 3 août inclusivement.

Au total, c'est environ 80 % de la main d'œuvre, travailleurs et employeurs, qui se retrouve en vacances durant ces deux semaines. Rappelons qu'en 2018 l'industrie de la construction comptait plus de 165 000 travailleurs et plus de 25 000 employeurs.

Bien que cet arrêt de travail soit obligatoire pour tous les travailleurs de la construction, certains chantiers routiers et de génie civil resteront ouverts durant la période. Les travaux d'urgence, de réparation, d'entretien, de rénovation ou de modification sont aussi autorisés pendant cette période de vacances.

Le quart de la main-d'oeuvre active en vacances

Les ouvriers d'un chantier de construction de Montréal prennent leur pause.

La multiplication des chantiers explique la hausse marquée des montants versés aux travailleurs de la construction cette année.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Outre les travailleurs de la construction, des dizaines de milliers d'autres travailleurs de domaines connexes, des secteurs industriel et manufacturier ainsi que des fournisseurs prennent également leurs vacances d'été au cours de cette période. Selon la CCQ, environ le quart de la main-d'œuvre active au Québec se retrouve en vacances au cours de ces deux semaines.

Signe d’une économie en croissance, le nombre d’heures travaillées dans l’industrie de la construction a augmenté de 10 % en 2018 par rapport à 2017.

Les vacances de la construction ont été établies formellement en 1970 par un décret du gouvernement du Québec qui a inclus ces deux semaines de vacances obligatoires dans les conditions de travail négociées entre les travailleurs et les employeurs du domaine de la construction. Les premières vacances de la construction officielles ont été prises à l'été 1971.

Pendant 35 ans, les deux dernières semaines complètes de juillet étaient dévolues aux vacances de la construction. Depuis 2008, les deux semaines de vacances ont été déplacées un peu pour se terminer en août.

Économie