•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour du Cambodge de vouloir renvoyer des déchets vers l'Amérique

Des conteneurs remplis de déchets en plastique.

Les conteneurs découverts à Sihanoukville, au Cambodge, seront renvoyés à leur expéditeur.

Photo : The Associated Press / Sea Seakleng

Radio-Canada

Après les Philippines et la Malaisie, le Cambodge a annoncé mercredi le renvoi de 1600 tonnes de plastiques illégaux aux États-Unis et au Canada.

Le Cambodge n'est pas une poubelle où les pays étrangers peuvent se débarrasser des déchets électroniques périmés, et le gouvernement s'oppose également à toute importation de déchets de plastique et de lubrifiants destinés à être recyclés dans ce pays, a déclaré Neth Pheaktra, porte-parole du ministère de l'Environnement.   

C’est lors d’une opération de contrôle mardi que les déchets ont été découverts sur le port de Sihanoukville, dans le sud du pays.

Sur un total de 83 conteneurs abritant les 1600 tonnes de déchets, 70 provenaient des États-Unis et 13, du Canada.

Parallèlement, M. Pheaktra a annoncé qu’un comité gouvernemental sera créé pour enquêter sur les raisons de l’arrivée de ces conteneurs au Cambodge, indiquant que toute entreprise engagée dans la collecte des déchets serait condamnée à une amende et traduite en justice.

Kun Nhim, directeur général du Département général des douanes du Cambodge, a déclaré que des mesures avaient été prises après que d'autres pays de la région, tels que la Malaisie, l'Indonésie et les Philippines, eurent attiré l'attention sur des responsables cambodgiens.

Un grand ménage

En mai, la Malaisie a renvoyé des centaines de tonnes de déchets de plastique. À son tour, le pays a affirmé qu’il ne voulait plus servir de décharge pour le monde entier.

Un mois plus tard, un cargo transportant des tonnes de déchets canadiens entreposés pendant des années aux Philippines a été renvoyé à l'expéditeur.

Environ 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année, selon le Fonds mondial pour la nature (WWF). L'essentiel finit dans des décharges ou dans les océans, générant une pollution que la communauté internationale est actuellement incapable de gérer.

La Chine a longtemps accepté les déchets de plastique du monde entier, avant de cesser soudainement l'an passé. Par la suite, plusieurs pays d'Asie du Sud-Est ont pris la place, mais il semble qu’ils soient en train de renoncer à accepter les déchets des pays occidentaux.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Asie

International