•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Winnipegois tournent le dos au Parti populaire du Canada

Maxime Bernier s’adresse à des militants pendant un rassemblement politique.

Jointe au téléphone, la direction du Parti populaire du Canada a affirmé qu’elle ne pouvait commenter la nouvelle aujourd’hui.

Photo : La Presse canadienne / Patrick Doyle

Laïssa Pamou

Dans une lettre publiée sur son compte Facebook, le comité du Parti populaire du Canada d’Elmwood-Transcona, à Winnipeg a annoncé qu’il se dissocie du parti et de sa ligne directrice qu’elle juge de haineuse, raciste, antisémitisme et conspirationniste.

Le porte-parole du groupe, Shaun Martin, affirme que son comité a attendu pendant près de deux mois que le chef du parti, Maxime Bernier, remette en place les militants et les sympathisants qui avaient des écarts de langage dans les médias, et reprécise la ligne directrice du parti, mais sans succès.

« Dans le comité, nous avons longtemps eu des discussions par rapport à cette situation, explique-t-il. Nous espérions que les choses iraient mieux avec le temps, mais ne voyant pas de solution arriver, nous préférons partir. »

Il affirme que ses camarades et lui ont adhéré au parti, car ils voulaient voir émerger une nouvelle forme de leadership qui priorise les problèmes sociaux. « Le parti ne se penche plus sur les problèmes sociaux comme c’était le cas au début, dit-il, mais plutôt sur des considérations économiques et [sur] l’immigration. »

Selon M. Martin, si le chef du parti populaire avait fermement pris position quant à tout ce qui a trait à la haine, au racisme et aux théories de conspiration, son comité n’aurait pas publié de lettre aujourd’hui. « Tout ce que dit Maxime Bernier est que ces personnes sont les bienvenues, rien de plus », affirme-t-il.

« Nous avons des personnes qui ont écrit à la direction du parti pour se plaindre de la situation [...] et nous n’avons presque pas eu de réponse. », dit Shaun Martin.

Joint au téléphone, la direction du Parti populaire du Canada n'a pas souhaité faire de commentaires.

Mardi, le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a présenté ses candidats manitobains à Winnipeg en vue des élections fédérales d’octobre.

Shaun Martin dit avoir publié sa lettre le même jour que la présentation des candidats « dans l’espoir d’avoir des réponses rapides et d’attirer davantage l’attention ».

Il ajoute que la lettre a été envoyée au parti et que le comité n’a jusqu’ici reçu aucune réponse.

Il explique que le comité d’Elmwood-Transcona a perdu son unique candidat potentiel et son agent financier, car ces derniers voulaient préserver leur image. « L’agent financier travaille dans un domaine où la réputation est très importante », dit-il.

Christopher Willows, qui était le candidat potentiel du parti pour d’Elmwood-Transcona, pense que certains écarts dans le parti sont dus à la jeunesse de la formation politique.

« C’est un nouveau parti, alors je comprends certains manquements. Si c’était une question de patience, je serais resté, mais je ne veux pas associer mon image à des personnes dont je condamne les valeurs. »

M. Martin dit que ses camarades et lui prendront du recul par rapport à la politique après leur expérience avec le Parti populaire du Canada. « C’était une mauvaise expérience. Je vais simplement me retirer. »

Avec des informations de Ian Froese

Manitoba

Politique fédérale