•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des tarifs d’électricité : un coup dur pour les plus vulnérables

Des consommateurs redoutent les effets de la quatrième hausse en quatre ans de leur facture d’Énergie NB.

Charles Frenette, retraité.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Pour la quatrième année consécutive, les clients d’Énergie Nouveau-Brunswick verront leur facture d’électricité augmenter. La nouvelle hausse tarifaire de 2,5 % qui entrera en vigueur d’ici la fin de l’été fera mal au portefeuille, avouent plusieurs consommateurs.

Charles Frenette est retraité depuis plusieurs années. Ces nouvelles augmentations sont difficiles à encaisser lorsqu’on vit, comme lui, d’un revenu fixe.

Faut que je mette du gaz dans mon char, puis après ça, il faut je mange à travers de ça, dit M. Frenette.

Charles Frenette fume la pipe.

Charles Frenette, retraité.

Photo : Radio-Canada

Ceux-là qui travaillent, peut-être bien que ce n'est pas pareil, fait-il valoir, mais [avec] une petite pension, on en arrache.

Vivant seul dans sa maison depuis le décès de son épouse, le Néo-Brunswickois a demandé à sa fille et son gendre d’emménager chez lui.

Il affirme que sans cet arrangement, il aurait été impossible de payer toutes ses factures, comme celle d'Énergie NB.

Son de cloche similaire chez Alyre Guignard. Ça fait mal au portefeuille, admet d’emblée le résident de Petit-Rocher. Moi et ma femme, on est sur une petite pension du gouvernement, qui n’est pas trop haute non plus.

Alyre Guignard devant le micro de Radio-Canada.

Alyre Guignard.

Photo : Radio-Canada

M. Guignard est mécontent de la décision de la Commission de l'énergie et des services publics d’approuver une demande de hausse des tarifs d'Énergie NB. Plutôt qu'une augmentation de 2,9 % comme le désirait la société de la Couronne, ce sera une hausse de 2,5 % pour les Néo-Brunswickois.

Ça leur fait rien, à eux autres. Ça les dérange pas. Mais nous autres, ça nous dérange beaucoup, dit-il.

Robby Degrace, de Dunlop, est propriétaire, et il s’inquiète de l’impact de cette hausse de tarifs sur ses locataires. Le monde ont déjà de la misère à payer, souligne-t-il.

Robby Degrace devant « Robby D. Services ».

Robby Degrace.

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas correct, parce que moi j'ai quatre appartements, puis c'est chauffé, éclairé. Ça fait qu'en ayant des augmentations comme ça, bien moi, il faut que j'augmente mes loyers, relate M. Degrace. 

Alyre Guignard observe qu’une augmentation est, tôt ou tard, inévitable. Il questionne cependant la fréquence des hausses de tarifs. Ils pourraient peut-être les remonter, mais moins souvent, avance-t-il. 

Les tarifs d’électricité au Nouveau-Brunswick ont augmenté de 1,63 % en 2016, 2,07 % en 2017 et de 1 % en 2018.

D’après le reportage de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Consommation