•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Myra Cree, la voix de l'audace

    Dans un studio de radio, l'animatrice Myra Cree prend les appels téléphoniques.

    Myra Cree a fait carrière à Radio-Canada de 1973 à 2002.

    Photo : Radio-Canada / Guy Dubois

    Radio-Canada

    Bibliothèque Myra-Cree, c’est ainsi que la ville d’Oka a décidé de nommer sa nouvelle bibliothèque. Un honneur tout indiqué pour cette femme érudite, ouverte sur le monde et engagée dans sa communauté. De nos archives, portrait de cette grande communicatrice qui a fait carrière à Radio-Canada.

    Fille et petite-fille de chefs mohawks à Kanesatake, Myra Cree est toujours restée très proche de ses racines autochtones.

    Élevée dans un milieu trilingue, la jeune fille se prend très tôt d’un grand intérêt pour l’expression française dans toute sa profondeur et sa richesse.

    Myra Cree fera de sa voix chaleureuse et de sa vaste culture ses outils de travail.

    Une signature que les auditeurs apprécieront durant ses vingt années à l’antenne de la radio de Radio-Canada.

    Auparavant, Myra Cree avait aussi fait figure de pionnière à la télévision de Radio-Canada.

    Montage d'archives, Myra Cree, 1976-1979

    Notre montage d’archives revient sur la carrière radio-canadienne de Myra Cree amorcée en 1973 comme animatrice à la radio.

    L’animatrice fait rapidement sa marque et migre à la télévision dès 1974, d’abord à l’émission quotidienne d’information Actualités 24, puis au Téléjournal.

    Cet article tiré de la revue Ici Radio-Canada nous montre qu’elle fait partie de l’équipe de marque pour la Soirée des élections du 8 juillet 1974.

    Dans cette émission spéciale animée par Bernard Derome, la journaliste est responsable de communiquer les résultats fragmentaires du scrutin avec son collègue Joël Le Bigot.

    Puis, à partir de la saison télévisuelle 1976-1977, Myra Cree marque un tournant en information. Elle devient la première femme à prendre la barre du Téléjournal, qu’elle anime chaque fin de semaine.

    Myra Cree anime l'émission, une mortaise religieuse à l'arrière-plan.

    Myra Cree anime l'émission Second regard de 1978 à 1984.

    Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Nombreux téléspectateurs se souviendront également de Myra Cree à l’animation du magazine d’information religieuse Second regard.

    De 1978 à 1984, elle pilote l’émission en intégrant notamment en ouverture un bulletin de nouvelles et d'actualités religieuses.

    C’est également durant cette période qu’elle reçoit le prestigieux prix Judith-Jasmin de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec pour l’émission spéciale Choisir l’espérance.

    Sa dernière année à la barre de Second regard sera probablement la plus marquante. Avec le journaliste Gilles-Claude Thériault, Radio-Canada lui confie l'animation de la couverture nationale par le réseau français d’un grand événement : la visite de Jean-Paul II au Canada.

    Une femme engagée

    Le 18 novembre 1990, Myra Cree est de retour à Second regard, cette fois à titre d’invitée.

    Second regard, 18 novembre 1990

    Dans cette entrevue avec le journaliste Gilles-Claude Thériault, elle revient sur la crise d’Oka qui, l’été précédent, l’a profondément interpellée.

    Je croyais certaines cicatrices de mon enfance bien refermées, mais les “maudites sauvagesses” de mes années d’école me sont montées à la gorge.

    Myra Cree

    « J’ai grandi à Oka », raconte Myra Cree. « Quand on nous parle des beaux jours de mon enfance, je ne me souviens que de deux choses : au mieux, la mésentente cordiale, au pire, l’indifférence ».

    Myra Cree incarne une communion entre les cultures canadienne-française et mohawk.

    Au moment où les tensions s'embrasent à Oka, elle prône la réconciliation entre les communautés par le dialogue.

    C’est ainsi qu’à l’été 1990, elle fonde le Mouvement pour la justice et pour la paix à Oka-Kanesatake afin de permettre une négociation entre « ses concitoyens, frères et sœurs » qu’elle dit ne plus reconnaître.

    L'animatrice Myra Cree devant un fond bleu.

    En 1981, Myra Cree présente la série Le Calumet sacré dans le cadre de l’émission L’Avenir du futur.

    Photo : Radio-Canada / André Le Coz

    Myra Cree est une militante de longue date dans le milieu culturel autochtone, notamment à travers son implication au sein de l’organisme Terres en vues.

    À Radio-Canada, elle rappelle fréquemment ses origines. Elle participe aussi à des séries documentaires telles que À la recherche des Iroquoiens, en 1980 et Le Calumet sacré, en 1981.

    L’année suivant la crise d’Oka, elle collabore à la rédaction de l'ouvrage Les langues autochtones du Québec, publié par le Conseil de la langue française du Québec.

    En 1996, elle s’engage aussi dans la cause de l’équité salariale en se joignant au mouvement de la Fédération des femmes du Québec.

    Une femme cultivée

    Timide, Myra Cree porte presque toujours des lunettes fumées. Un paradoxe, affirme-t-elle, car elle peut aussi se montrer extravagante à certaines heures.

    L'animatrice Myra Cree regardant au loin.

    L'animatrice Myra Cree portait fréquemment de larges verres fumés.

    Photo : Radio-Canada

    À partir de 1985, Myra trouve sa véritable voie à la radio, où elle s'exprime plus librement.

    Elle anime d'abord les émissions L'Humeur vagabonde et De toutes les couleurs sur les ondes AM de Radio-Canada.

    Puis, en 1987, elle lance l'émission nocturne L'Embarquement pour si tard sur la Chaîne culturelle. Cette émission mémorable s’intitulera tout simplement L'Embarquement à partir de janvier 1995.

    Les auditeurs de Radio-Canada y découvrent le côté ludique de Myra Cree, avec toute sa verve, son érudition et sa folie.

    En direct, 13 septembre 1991

    J’aime bien rire. Même si le rire est un peu douloureux, je crois que c’est important. Il faut rire!

    Myra Cree

    Étonnée par son humour et sa grande liberté à la radio, l’animatrice Christiane Charette invite sa collègue au micro de l’émission En direct le 13 septembre 1991.

    En ouverture de cette entrevue, un extrait de l’émission L'Embarquement pour si tard dans lequel Myra Cree adapte la fable de La Cigale et la fourmi à la sauce radio-canadienne.

    Par la suite, Myra Cree se confie tout en humour à Christiane Charette sur certains de ses secrets, dont sa grande timidité et le pseudonyme de Myra Morgan avec lequel elle a entamé son parcours professionnel.

    Le seul instrument dont je joue vraiment bien, je crois que c’est ma voix!

    Myra Cree

    Dévoilant les titres qu’elle souhaitait donner à son émission à la radio, Myra Cree évoque son coup de cœur, Cree et chuchotements, rejeté par la direction de Radio-Canada.

    Cree et chuchotements deviendra au bout du compte l’émission qu’elle animera à la radio de Radio-Canada de l’automne 1999 à sa retraite en 2002.

    Aux arts, etc., 30 mars 2004

    Bien que retraitée de Radio-Canada, Myra Cree continuera de faire entendre sa voix à travers un billet mensuel au magazine radio Aux arts, etc.

    Nous vous offrons son billet d’humeur daté du 30 mars 2004 dans lequel elle s’exprime sur les contrariétés de la vie, non sans être fréquemment interrompue par les éclats de rire de ses collègues.

    Oui, la rage de l’amateur de biscuit trempé est mienne! Combien de fois, trop souvent, ai-je vu mon biscuit m’échapper, basculer dans le liquide chaud juste comme j’allais le porter goulûment à mes lèvres purpurines?

    Myra Cree

    Le 13 octobre 2005, Myra Cree, atteinte d’un cancer, s’éteint à Oka entourée de ses proches.

    Cette femme audacieuse, entière et fidèle à ses racines aura fait carrière à Radio-Canada pendant plus de 25 ans, à la radio comme à la télévision.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société