•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie de la carapace : le homard du détroit de Northumberland serait vulnérable

Le réchauffement des eaux augmenterait la prévalence de la maladie.

Plan rapproché d'un homard.

Un homard

Photo : Reuters / Brian Snyder

Radio-Canada

Une récente étude des eaux qui entourent l’Île-du-Prince-Édouard est porteuse de bonnes nouvelles pour les pêcheurs de homard, mais les changements climatiques font planer un risque pour la santé des crustacés, selon un chercheur.

Richard Wahle, de l’Université du Maine, affirme qu’un récent recensement a dénombré une grande quantité de bébés homards au large de l’Île-du-Prince-Édouard. On a observé des niveaux records au large de la rive nord. C’est de très bon augure pour les pêches dans ces zones, dit M. Wahle.

Malgré cela, le chercheur s’avoue inquiet pour l’avenir de la pêche dans le détroit de Northumberland. Le réchauffement des eaux risque de mettre en péril la santé du homard.

Il existe une forte corrélation entre la maladie de la carapace (Nouvelle fenêtre) et les températures plus chaudes, explique-t-il.

En ce moment, la maladie de la carapace n’est pas un facteur important dans les eaux canadiennes, mais je crois que certaines zones plus chaudes, comme le sud de l’Île-du-Prince-Édouard et possiblement le sud de la Nouvelle-Écosse, sont plus vulnérables, affirme Richard Wahle.

Déjà, les températures enregistrées dans le détroit de Northumberland sont très élevées pour le homard.

Trois larves de homard dans une main.

Des larves de homard.

Photo : Radio-Canada

Autour de l’État américain du Rhode Island, dit-il, on a observé un réchauffement des eaux, une augmentation des cas de maladie de la carapace, et un déclin de la population de homard.

Si ce scénario ne se produit pas en eaux canadiennes, les populations de homard de la côte nord de l’Île-du-Prince-Édouard, du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, de la région de Fundy et de l’est du golfe du Maine devraient demeurer élevées pour les 30 prochaines années, selon Richard Wahle.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Industrie des pêches