•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des entreprises pétrolières témoignent à l’enquête sur le prix de l’essence en C.-B.

Un pistolet dans une station-service.

En mai 2019, le prix de l’essence a battu des records à 1,70 $ par litre dans la région du Grand Vancouver.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada

Quatre géants de l’industrie pétrolière doivent répondre, mercredi, à des questions portant sur leur utilisation du pipeline Trans Mountain, l’effet des fermetures de raffineries sur leurs prix et d’autres facteurs ayant un effet potentiel sur l’envolée des prix de l’essence en Colombie-Britannique.

Un comité de trois membres, présidé par David Morton, PDG de la Commission des services publics de la province, a lancé, mercredi, jusqu’à quatre jours d’audience à Vancouver dans le cadre d’une enquête publique sur les prix de l’essence et du diesel.

Parkland Fuels, Shell, Imperial Oil et Suncor doivent faire des discours préliminaires et ensuite répondre aux questions du comité l’après-midi.

Mercredi matin, les pétrolières ont l’occasion d’interroger à leur tour le groupe Deetken, la firme qui a rédigé un rapport définissant plusieurs facteurs potentiellement responsables de l’augmentation des prix.

Selon Deetken, les valeurs foncières ainsi que les frais de traitement des cartes de crédit seraient responsables des hautes marges de détail. Le rapport affirme également que les coûts de transport et de réglementation pourraient expliquer, mais seulement en partie, les marges de détail en gros plus élevées en Colombie-Britannique.

Le premier ministre John Horgan a déclenché l’enquête publique en mai 2019, quand le prix de l’essence a battu des records, à 1,70 $ par litre.

Le Parti libéral de la province et le gouvernement albertain avaient acheté des publicités critiquant M. Horgan et sa résistance à l’expansion du pipeline Trans Mountain, responsables, selon eux, de la montée des prix.

L’Office national de l’énergie doit aussi témoigner devant le comité. L’enquête doit fournir un rapport final avant le 30 août.

Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Économie