•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40 lits de soins transitoires pour réduire la médecine de couloir à Toronto

Un couloir d'hôpital (Archives)

Chaque jour, 1200 Ontariens sont traités dans les couloirs des hôpitaux, selon le gouvernement. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a annoncé mercredi la création de 40 nouveaux lits de soins transitoires pour contribuer à éliminer la « médecine de couloir » dans la région du Grand Toronto.

Alors que chaque jour, selon le gouvernement, 1200 Ontariens sont traités dans les couloirs des hôpitaux, cela semble être une goutte d’eau dans l’océan, mais la ministre Elliott a assuré que c’est un pas dans la bonne direction et a réaffirmé l’engagement de l’Ontario à éliminer le problème.

L'engorgement et le manque de lits pour les aînés dans les foyers font en sorte que des personnes âgées occupent des lits de soins aigus à l'hôpital.

Selon la province, 15 % des patients restent inutilement à l'hôpital en attendant d'être transférés dans un autre établissement plus approprié ou vers un autre fournisseur de soins. Cela crée une tension inutile sur le système de santé et accroît les pressions liées à la capacité dans les hôpitaux de la province.

Christine Elliott a indiqué que l'établissement Church du centre de soins de santé transitoire Reactivation Care Centre de Toronto sera rénové pour accueillir deux autres unités d'hospitalisation.

Portrait de Christine Elliott lors d'une conférence de presse dans un établissement médical.

L’Ontario s’est engagé à investir 27 milliards de dollars au cours des dix prochaines années pour construire une nouvelle infrastructure hospitalière élargie.

Photo : Radio-Canada

Les rénovations dans les nouvelles unités devraient être achevées en décembre 2019 et feront augmenter le nombre total de lits de soins transitoires à 250 à l'établissement Church, a précisé la province.

La ministre estime qu’augmenter la capacité des centres de soins transitoires est une des solutions pour désengorger les hôpitaux.

Le centre offre le niveau de soins adéquat aux patients qui n'ont plus besoin d'être à l'hôpital, mais qui attendent d'obtenir des soins à domicile, en milieu communautaire ou de longue durée, a-t-elle déclaré.

L’établissement Church du Reactivation Care Centre collabore avec six hôpitaux de la région du Grand Toronto : l’Hôpital Humber River, le Centre Sunnybrook des sciences de la santé, le Centre régional de santé de Southlake, le Centre de santé Saint-Joseph d’Unity Health Toronto, le William Osler Health System et Trillium Health Partners.

Une collaboration entre plusieurs hôpitaux, c'est un excellent exemple de l'innovation nécessaire pour éliminer les soins de santé de couloir en Ontario, en plus des solutions à l'échelle du système pour augmenter l'accès aux soins dans l'ensemble du continuum de soins, a renchéri Anthony Dale, président de l'Association des hôpitaux de l'Ontario.

Barbara Collins, directrice générale de l'Hôpital Humber River a salué cet investissement. Si vous avez 60 personnes qui reçoivent des soins de couloir et que vous ouvrez 40 nouveaux lits, c'est une énorme amélioration.

Chaque lit ajouté aide à désengorger le système.

Barbara Collins, directrice générale de l'Hôpital Humber River

Cette annonce survient deux jours après que la ministre de la Santé ait déclaré que l’Ontario ne pourra régler le problème de l'engorgement dans les hôpitaux en un an, contrairement à la promesse faite par le premier ministre Doug Ford.

Il n’y a pas de solution simple.

Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé

Je ne saurais vous dire exactement dans quel délai, espérons-le, bien dans un an, mais d'autres facteurs pourraient survenir et échapper à notre contrôle, comme la prochaine saison de la grippe, a réitéré mercredi Mme Elliott.

Christine Elliott estime que la résolution du problème passe notamment par l'ajout de places en soins de longue durée, le financement en matière de santé mentale et de dépendance, la gestion des patients dans les hôpitaux et le développement des ressources communautaires.

Pas suffisant pour l'opposition

De son côté, la porte-parole en matière de santé du Nouveau Parti démocratique, France Gélinas, a déclaré que tous les soirs en Ontario, plus de mille personnes sont suffisamment malades pour être admises à l'hôpital, ils vont dans un couloir, dans une salle de télé, n'importe où sauf dans un lit d'hôpital. De penser que d'augmenter de [40] lits va changer ça, c'est de rêver en couleurs!

Dans un rapport publié plus tôt cette semaine, la Coalition ontarienne de la santé soutient que les montants prévus dans le dernier budget ne sont pas suffisants pour mettre un terme à la médecine de couloir, considérant les autres défis auxquels le système fait face, notamment une population vieillissante.

La coalition demande un investissement d’au moins un milliard supplémentaire au cours de la prochaine année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Établissement de santé