•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parc pour mieux intégrer les itinérants dans le développement urbain

Des personnes dans le besoin près du centre-ville d'Edmonton.

Les personnes dans le besoin sont nombreuses à proximité du centre communautaire Boyle Street.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Marc-Antoine Lavoie

Les personnes dans le besoin qui fréquentent le centre communautaire Boyle Street, au centre-ville d'Edmonton, auront désormais accès à un parc sécurisé, à l'abri du jugement dans le secteur en pleine revitalisation.

Il n'existe pas beaucoup de lieux publics où les itinérants ne se sentent pas jugés ou regardés, affirme le directeur des opérations du Centre Boyle Street, Ian Mathieson.

Le parc sera aménagé sur un petit terrain enclavé entre le centre communautaire et un ancien immeuble à loyer modique, maintenant désaffecté.

Le parc sera clôturé et enclavé entre le centre communautaire Boyle Street et un immeuble désaffecté.

Le parc sera clôturé et enclavé entre le centre communautaire Boyle Street et un immeuble désaffecté.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Des bancs, des fleurs et du gazon remplaceront bientôt les pierres et le sable qui détonnaient au côté des nouveaux bâtiments du secteur comme l'amphithéâtre de la place Rogers.

Ce sera un endroit sécuritaire pour les gens qui utilisent nos services. Quelquefois, c'est important d'avoir un lieu où on se sent chez soi, dit M. Mathieson.

Le nouveau parc du Centre Boyle Street.

Le parc sera aménagé sur un terrain inoccupé.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le seul moyen d'accéder au parc clôturé sera par l'intérieur du centre communautaire. Joanna Neuman, une bénévole du centre, se réjouit que les utilisateurs aient un accès exclusif à un bel endroit.

Je crois que ça va resserrer les liens entre les membres de la communauté. Ils peuvent venir ici et relaxer, affirme la femme qui utilisait autrefois les services du Centre Boyle Street.

Pour le Centre, c'est aussi une façon d'attirer les personnes dans le besoin vers les ressources disponibles.

Développement urbain inclusif

L'espace appartenait au Groupe Katz, la société notamment responsable du développement de l'Ice District au centre-ville. L'entreprise immobilière a offert symboliquement les clés du terrain pour la somme de 1 $.

Même s'il affirme que les résidents et les touristes qui fréquentent le centre-ville ne se sentent pas toujours en sécurité quand ils côtoient des itinérants sur les trottoirs, le Groupe Katz précise que les clôtures autour du parc sont d'abord et avant tout pensées pour le bien-être des usagers du centre communautaire.

C'est le centre communautaire qui a demandé qu'il y ait des clôtures. Il voulait que ses clients se sentent en sécurité, ce qui n'est pas le cas dans la rue. Il voulait être en mesure de contrôler qui entre ici, explique la porte-parole du groupe, Shawna Vogel.

Le groupe immobilier Katz offre un terrain au centre communautaire Boyle Street, à Edmonton.

Le groupe immobilier Katz offre un terrain au centre communautaire Boyle Street, à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Il ne faut pas penser que les gens qui ont des problèmes de pauvreté ne peuvent pas faire partie du développement d'une ville, ajoute Ian Mathieson, du Centre Boyle Street.

C'est pourquoi ce dernier se réjouit de la collaboration offerte par le Groupe Katz au développement de l'Ice District au centre-ville.

Nous sommes voisins maintenant. Il faut trouver une façon de travailler ensemble, dit-il.

Combattre la pauvreté au centre-ville

Le conseiller municipal du centre-ville d'Edmonton, Scott McKeen, est également d'avis que ce projet contribuera à résoudre les problèmes d'itinérance dans le quartier.

Ce projet est une façon « d'offrir un peu de joie » aux itinérants, mais aussi de démontrer qu'Edmonton est proactif pour enrayer la pauvreté, dit-il.

Le conseiller municipal du centre-ville d'Edmonton, Scott McKeen.

Le conseiller municipal du centre-ville d'Edmonton, Scott McKeen, croit qu'il faut en faire plus pour diminuer les problèmes de pauvreté.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le politicien se désole de voir autant d'itinérance dans ce secteur. On peut faire mieux pour eux, estime-t-il.

Pour moi, cela n'a pas de sens que le gouvernement n'ait pas résolu ce problème. Cela ferait économiser de l'argent et permettrait aux gens se sentiraient plus en sécurité. de se promener dans le quartier , explique-t-il.

Le Centre Boyle Street croit que la solution passe notamment par la construction de logements à loyer abordable au coeur du centre-ville.

Ça doit être mieux que ce qui était offert dans l'immeuble juste à côté. C'était inacceptable. C'était ce qu'on pouvait trouver de mieux, mais ce n'était pas des conditions humaines, dit Ian Mathieson.

Le centre communautaire Boyle Street à Edmonton.

Le centre communautaire Boyle Street est l'un des endroits qui offrent les services d'injection supervisée

Photo : Radio-Canada

Le Groupe Katz, qui est également propriétaire de l'immeuble désaffecté à côté du nouveau parc n'était pas en mesure de confirmer s'il serait rénové pour accueillir à nouveau des gens démunis.

C'est un très beau bâtiment, mais il y a beaucoup de problèmes à l'intérieur. Nous voulons l'utiliser pour faire quelque chose de spécial, mais nous ne savons pas encore de quoi il s'agira, précise Mme Vogel.

Le centre Bolye Street souhaite profiter des élections fédérales pour sensibiliser le gouvernement à un projet de logements communautaires.

Alberta

Pauvreté