•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi fait-il plus chaud en ville qu'à la campagne?

Un garçon en maillot de bain joue dans des jeux d'eau.

Pour combattre la chaleur, il n’y a pas de secret : il faut rester hydraté et surtout dormir le plus possible.

Photo : iStock

Radio-Canada

Francis Thériault a installé plus de 12 capteurs de chaleur à Moncton, Riverview et Dieppe pour mesurer les différences de chaleur entre cette grande région urbaine et les régions rurales.

Le chercheur s'intéresse vivement aux différences de chaleur entre les centres urbains et ruraux : il a décidé d'en faire son sujet de maîtrise.

Il croit que le Grand Moncton n'échappe pas au phénomène des îlots de chaleur qui touche les grandes métropoles.

Une carte.

Francis Thériault a installé 12 capteurs thermiques à Moncton, Riverview et Dieppe, afin de recueillir des données sur la températures, de juin à septembre 2018.

Photo : Gracieuseté

Francis Thériault a étudié l'intensité de la chaleur dans ces îlots du mois de juin au mois de septembre 2018. Il s'agit de la première étude du genre menée en Atlantique.

Il a recueilli des résultats qui correspondent à ce qui a été observé dans les plus grandes villes au pays : les températures sont beaucoup plus élevées dans les zones urbaines où l'on trouve surtout de l'asphalte.

Qu'est-ce qu'un îlot de chaleur ?

Un îlot de chaleur est une zone urbaine ou un secteur d'une ville qui où la température devient beaucoup plus élevée que d'autres endroits à proximité. Ces îlots de chaleur sont souvent le résultat d'aménagements qui ont laissé peu de place à la végétation.

Peut-être qu'avant, ce n'était pas tellement pertinent de [parler] d'îlots de chaleur urbains, parce qu'ici, c'est trop petit ou ç'a peu d'impact , explique Francis Thériault.

Avec la ville qui grossit, ça devient très important d'inclure le climat dans le design urbain.

Il raconte que dans les cas les plus extrêmes, il peut y avoir un écart de 5 à 6 degrés entre un îlot de chaleur et une zone à proximité, ce qui est loin d'être négligeable, selon lui.

À Moncton, l'un des endroits les plus chauds est le stationnement du centre commercial Champlain, endroit beaucoup plus chaud à cause des grands stationnements asphaltés. Il en est de même pour le Centre Avenir, situé sur la rue Main.

Une carte.

Les températures enregistrées dans le Grand Moncton le 14 juillet 2018.

Photo : Gracieuseté

L'ajout d'arbres dans ces deux endroits pourrait aider à diminuer l'intensité de la chaleur; il s'agit, selon M. Thériault, de l'une des meilleures solutions dans l'arsenal des villes pour contrer les îlots de chaleur.

L'intégration de surfaces réfléchissantes qui n'absorbent pas la chaleur des rayons de soleil est aussi une solution que les villes peuvent considérer.

M. Thériault explique aussi qu'il serait préférable de concevoir les villes de telle façon à ce que le vent circule librement.

En fait, la ville produit son propre climat et aussi, elle le subit

Francis Thériault, étudiant à la maîtrise à l'Université de Moncton

Une menace pour la santé

Francis Thériault explique que les îlots de chaleur peuvent avoir des effets néfastes sur la santé des gens, surtout les personnes âgées ou les jeunes enfants.

Certaines personnes peuvent être prédisposées à des maladies cardiovasculaires, les personnes moins nanties n'ont pas nécessairement d'air climatisé ou des piscines, explique-t-il.

Ça peut avoir des répercussions sur la santé des femmes enceintes ou sur les travailleurs qui travaillent dehors toute la journée, ils ne peuvent pas nécessairement se rafraîchir le soir.

Avec les renseignement de Mariève Bégin

Nouveau-Brunswick

Conditions météorologiques