•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement au Labrador : peu de chances de trouver des survivants, dit la GRC

Le nez d'un appareil de type Beaver rouge et blanc.

L'avion qui s'est écrasé au Labrador est un appareil d'Air Saguenay de type Beaver, comme celui-ci.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a peu d’espoir de retrouver vivantes les personnes qui étaient à bord de l’appareil qui s’est écrasé dans le lac Mistastin, au nord du Labrador.

On cherche à confirmer l'identité de ceux qui ont été retrouvés et nous cherchons toujours ceux qui sont portés disparus, a affirmé la caporale Joelene Garland de la GRC mercredi matin. Il est difficile de déterminer leur condition actuelle, mais les chances de les retrouver vivants sont vraiment faibles à ce point.

La caporale Joelene Garland

La GRC en conférence de presse à Terre-Neuve-et-Labrador concernant l'écrasement de l'hydravion.

Photo : Gracieuseté Patrick Butler

Des plongeurs de la GRC se rendront au lac Mistastin afin de retrouver les quatre hommes. Les effectifs devraient arriver sur les lieux d’ici deux jours.

La zone de recherche est située à environ 110 kilomètres à l’est de Schefferville.

Sur les sept occupants de l’hydravion, au moins trois sont morts. L’appareil de type Beaver transportait le pilote, deux guides et quatre passagers américains. Ils avaient quitté un camp de pêche au lac Crossroads lundi matin et devaient revenir vers 19 h, ce qui ne s'est jamais produit.

Une carte montrant le lieu de l'accident

Le lac Mistastin est situé à environ 110 kilomètres de Schefferville.

Photo : Radio-Canada

Des représentants de Transport Canada doivent aussi se rendre dans les bureaux administratifs de l’entreprise à Saguenay mercredi. Ils veulent effectuer des vérifications sur l’entretien de l’appareil, sur les horaires de vol et consulter certains documents de l’entreprise.

Les représentants ont précisé qu'ils n’hésiteront pas à prendre des mesures s'ils les jugent nécessaires, afin de veiller à la sécurité des activités aéronautiques et à celle du public.

Les dirigeants d'Air Saguenay précisent que les activités dans les autres bases se poursuivent normalement. Les activités seraient cependant suspendues au Three Rivers Lodge, la pourvoirie du Labrador concernée dans l'écrasement.

Le propriétaire d’Air Saguenay, Jean Tremblay, souhaite se rendre au lac Mistastin prochainement. Il veut voir par lui-même l’endroit où son employé a perdu la vie et tenter de comprendre la raison de l'accident. Le pilote âgé de 61 ans travaillait pour Air Saguenay depuis 2011 et cumulait de nombreuses heures de vol.

Par ailleurs, l'ambassade du Canada aux États-Unis a tenu à exprimer ses condoléances aux familles des victimes américaines touchées par la tragédie. L'ambassade dit demeurer en contact étroit avec la GRC et les autorités locales.

Saguenay–Lac-St-Jean

Écrasement d'avion