•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elon Musk dévoile l’interface cerveau-machine de Neuralink

Illustration du cerveau humain.

L'implant permet de connecter des milliers d'électrodes au cerveau, selon l'entreprise fondée en 2017.

Photo : iStock

Radio-Canada

L’entreprise Neuralink, d’Elon Musk, veut tester sur des humains une interface qui connecte le cerveau aux ordinateurs, et ce, dès l’an prochain.

Le milliardaire et une équipe de l’entreprise ont dévoilé, mardi soir à San Francisco, la première version de l’interface, qui a déjà été testée sur un singe et qui vise en premier lieu les patients atteints de maladies neurologiques.

Nous pouvons réaliser une interface cerveau-machine complète, s'est félicité M. Musk. On peut réaliser une sorte de symbiose avec l'intelligence artificielle, a-t-il ajouté.

Cela a un énorme potentiel. Nous espérons pouvoir l'implanter sur un humain avant la fin de l'année prochaine.

Elon Musk

Le minuscule capteur, qui contient plus de 3000 électrodes, peut être implanté dans le cerveau par un robot conçu pour cette tâche.

Celui-ci pratique une incision très précise qui permet aux électrodes d’être connectées aux neurones. Ce sont de minuscules électrodes que le robot implante délicatement, a expliqué M. Musk.

Un contrepoids à l'intelligence artificielle

Pour l’instant, l’objectif est de contrôler un téléphone intelligent par la pensée, mais la technologie pourrait éventuellement s'étendre à d'autres dispositifs de façon à créer une « cognition surhumaine », selon les mots d’Elon Musk.

La milliardaire aime croire que les implants seront un jour aussi répandus que la chirurgie oculaire au laser et qu’ils permettront aux humains de doter leur cerveau d'une puissance informatique supérieure.

Selon lui, l'interface pourra servir de contrepoids à l’intelligence artificielle, qu'il considère comme un véritable risque pour l’espèce humaine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

Techno