•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les inquiétudes toujours nombreuses aux audiences du BAPE à Lac-Mégantic

Un citoyen prend la parole lors des audiences du BAPE.

« C’est le train politique qui nous rentre dedans. [...] Nous devons, par respect pour les victimes, les expropriés d’hier et d’aujourd’hui, réussir la voie de contournement », affirme Paul Dostie, un résident de Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La deuxième partie des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur la voie de contournement se poursuivait mardi soir à Lac-Mégantic. Jusqu'en fin d'après-midi mercredi, ce sont pas moins de 45 mémoires qui y seront déposés.

Chaque intervenant, qu’il représente un citoyen, un organisme ou une municipalité, dispose de 15 minutes pour présenter son mémoire. À la suite de quoi, le BAPE, présidé par Joseph Zayed, peut poser des questions aux participants.

Des citoyens toujours inquiets

Des citoyens ont fait part de leurs craintes quant au nouveau tracé. Paul Dostie, résident de Lac-Mégantic, s’est présenté au micro pour exprimer sa colère envers le processus politique encadrant la démarche de création de la voie de contournement.

C’est le train politique qui nous rentre dedans. [...] Nous devons, par respect pour les victimes, les expropriés d’hier et d’aujourd’hui, réussir la voie de contournement.

Paul Dostie, résident de Lac-Mégantic

Comme plusieurs autres intervenants, Paul Dostie a soulevé l’importance de déplacer la gare de triage à Lac-Mégantic. Actuellement, la gare de triage est située au sommet d’une côte à Nantes.

Arielle Lacroix, une fille de 11 ans résidente de Nantes, s’est aussi présentée devant les représentants du BAPE. Elle a fait part de ses inquiétudes pour les enfants qui, comme elle, vivront à proximité de la nouvelle voie ferrée. Son intervention a fortement touché le président du BAPE, Joseph Zayed.

Arielle Lacroix s'est exprimé lors des audiences publiques du BAPE.

La jeune Arielle Lacroix, 11 ans, réside à Nantes et s'inquiète de l'impact qu'aura la nouvelle voie de contournement sur les enfants.

Photo : Radio-Canada

Des modifications au tracé exigées

La Coalition des organismes et citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire a déposé un mémoire dans lequel elle revendique des modifications au tracé de la voie de contournement.

Son représentant, Robert Bellefleur, a soulevé que le degré d’inclinaison des pentes qu’arpentera la nouvelle voie ferrée est presque identique à l’ancienne. Il soutient que les ingénieurs ne pourront rien faire pour limiter ces angles prononcés. Robert Bellefleur s’inquiète aussi des courbes qui seront plus prononcées qu'auparavant. Le représentant de la Coalition a aussi décrié le fait que la compagnie Montreal, Maine & Quebec Railway refuse de dévoiler la nature des matières transportées sur le territoire.

Cette voie de contournement doit devenir un projet de guérison sociale et non une division sociale.

Robert Bellefleur, porte-parole de la Coalition des organismes et citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire

Le BAPE se penche sur le tracé de voie de contournement d’une douzaine de kilomètres qui contournerait le centre-ville de Lac-Mégantic en traversant les municipalités de Nantes et Frontenac. Le tracé actuel forcerait notamment l'expropriation de plus de 80 propriétaires. La construction de cette voie, évaluée à 133 millions de dollars, serait payée à 60 % par le gouvernement fédéral, alors que le gouvernement Québec assumerait le reste de la facture.

Mercredi, la Direction de la santé publique de l’Estrie ainsi que la Ville de Lac-Mégantic présenteront leur mémoire.

Estrie

Accidents et catastrophes