•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élections pour restaurer l'harmonie à Saint-Simon

Le bureau municipal de Saint-Simon.

Le bureau municipal de Saint-Simon

Photo : Radio-Canada

Édith Drouin

La période de mise en candidature est ouverte à Saint-Simon-de-Rimouski, où des élections partielles auront lieu le 25 août. Les deux résidents qui ont jusqu’à maintenant déposé leur candidature auprès de la Municipalité souhaitent la même chose : améliorer le climat au sein du conseil municipal.

L’élection partielle fait suite à la démission du maire, Wilfrid Lepage, et à celle de trois conseillers, dont Pierre M. Barre, qui se présente au poste de maire.

Selon M. Barre, qui a été conseiller municipal pendant six ans, le climat au sein du conseil « n’est pas facile à tolérer » en raison de désaccords continuels.

Il dit même avoir arrêté de se prononcer sur certaines questions. Quand il y en a cinq ou six contre toi, t’es aussi bien de te taire et d’endurer.

L’ancien conseiller souhaite pacifier le conseil et permettre des échanges constructifs, plutôt que du tiraillage.

J’aimerais refaire un climat complètement différent où tout le monde aurait le droit de s’exprimer et tout le monde aurait le droit de donner son opinion.

Pierre M. Barre, candidat à la mairie de Saint-Simon-de-Rimouski

Le problème ne réside pas qu’au sein du conseil, car plusieurs citoyens dénoncent régulièrement le manque de transparence de la Municipalité.

M. Barre souhaite que tous s’entraident et aillent dans la même direction. Il dit même avoir contacté des maires d’autres municipalités afin de trouver des pistes de solution pour calmer le jeu.

Pierre M. Barre, candidat au poste de maire et ancien conseiller municipal à Saint-Simon-de-Rimouski.

Pierre M. Barre, candidat au poste de maire et ancien conseiller municipal à Saint-Simon-de-Rimouski

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Le plus grand rêve du candidat, c’est de former davantage de comités citoyens au sein de la Municipalité, par exemple des comités de développement, de loisirs et de divertissement.

Un comité de divertissement pourrait ainsi servir à organiser des activités et rentabiliser les deux salles communautaires.

Il souhaite aussi consulter les citoyens, entre autres au sujet de la patinoire que voudrait construire la Municipalité.

Être un élément rassembleur

Le candidat au poste de conseiller municipal 1, Claude Gagnon, fait écho aux propos de M. Barre. Il fait état d’une communauté et d’un conseil divisés, et évoque des décisions prises en catimini.

Celui qui a autrefois été président du Parti québécois dans le comté de Bonaventure souhaite faire preuve de plus de transparence et consulter davantage la population.

Claude Gagnon, candidat au poste de conseiller municipal 1 à Saint-Simon-de-Rimouski.

Claude Gagnon, candidat au poste de conseiller municipal 1 à Saint-Simon-de-Rimouski

Photo : Gracieuseté - Claude Gagnon

J’aimerais être un élément qui rassemblerait tout le monde ensemble pour travailler, pour aller dans la même direction, dit-il.

Pour ce qui est de sa vision d'avenir pour la municipalité, M. Gagnon voudrait surtout réussir à en faire un milieu accueillant pour les familles.

Ce qu’il faut, c’est revitaliser la municipalité. Il faut la remettre sur la carte et essayer d’attirer de nouvelles familles.

Claude Gagnon, candidat au poste de conseiller municipal 1

Il fait entre autres allusion au projet de patinoire. Il aimerait que la surface puisse servir aussi l’été, comme terrain de tennis par exemple, et que son prix soit adapté aux moyens des contribuables.

Le candidat déplore par contre que la récente hausse de l’impôt foncier causée par l'augmentation de la valeur foncière des résidences puisse décourager certaines personnes de venir s'installer dans la Municipalité.

Il estime que l'administration précédente n'a pas justifié ces hausses et n'a pas défendu ses citoyens. On arrive devant toujours devant des faits accomplis, poursuit-il.

Un sentiment qui pourrait changer après les élections du 25 août, puisque trois des six conseillers municipaux seront remplacés.

Les résidents ont jusqu’au 26 juillet pour présenter leur candidature.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale