•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse vertigineuse des assurances force la fermeture d'un bar

Le bar et le Motel au Soleil Couchant à Rimouski.

Le bar et le Motel au Soleil Couchant à Rimouski

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le bar du Motel au Soleil Couchant, du district de Pointe-au-Père à Rimouski, a fermé ses portes dimanche dernier après 71 ans d'opération. Les propriétaires ont pris la décision parce que leur prime d'assurances aurait plus que triplé, passant de 7000 $ actuellement à quelque 23 000 $.

Le copropriétaire du bar et du motel, Bernard Lahaye, dit que des assureurs lui ont expliqué que la multiplication des sinistres liés aux événements climatiques extrêmes augmente la pression sur les compagnies d'assurances qui choisissent soit d'augmenter les primes d'assurances soit d'abandonner certains secteurs plus à risque.

Ils veulent éliminer ce qu’ils appellent les assurés à risque, comme font partie les bars, explique M. Lahaye.

L'autre copropriétaire, Hélène Gagné, craint que la situation qu'elle vit ne soit que le début d'une série de fermetures de petits bars en région.

Ce qu’ils ont fait, ça signifie la mort des petits établissements parce qu’on n'a pas les moyens de payer de pareilles primes.

Hélène Gagné, copropriétaire du bar et du Motel au Soleil Couchant

Le motel restera ouvert, mais subira une hausse de 33 % de sa prime d’assurance. Le prix haussera de 7000 $ à 9300 $ pour une protection moindre qui exclut le bar.

Des hausses généralisées

Le Bureau d'assurances du Canada (BAC) ne veut pas commenter de cas particulier, mais confirme une tendance à l'augmentation des primes d'assurances en raison de la hausse du nombre de sinistres liés aux événements météorologiques extrêmes.

Une porte-parole du BAC, Anne Morin, dit même que l'industrie se retrouve en situation déficitaire.

Les assureurs de dommage pour les feux de forêt, des pluies diluviennes, des vents violents, des tornades, déboursent un milliard de dollars minimum par année depuis plusieurs années.

Anne Morin, porte-parole du Bureau d’assurances du Canada

L'an dernier, pour un dollar de prime d'assurances, les compagnies ont payé un dollar et un cent en indemnité.

Cette année, la tendance indique que pour un dollar de prime, les compagnies d'assurances devront payer un dollar et 9 cents en indemnités.

Jusqu'ici, les seules inondations de 2019, ont coûté 128 millions de dollars aux compagnies d'assurances.

D’après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Assurances