•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des algues bleu-vert dans le fleuve Saint-Jean pourraient être nocives pour les humains

Une floraison d'algues bleues montrée par des chercheurs canadiens.

Une floraison d'algues bleues montrée par des chercheurs canadiens.

Photo : University of Alberta

Radio-Canada

« Nous savons que c’est toxique, nous ne savons juste pas à quel point c’est toxique », lance une chercheuse de l’Université du Nouveau-Brunswick.

Un nouveau type de cyanobactéries, aussi appelées des algues bleu-vert, a fait son apparition dans le fleuve Saint-Jean au Nouveau-Brunswick cet été et, selon la chercheuse Janice Lawrence, elle pourrait être dangereuse pour les êtres humains.

La plupart des algues bleu-vert que l’on retrouve dans des lacs ou des étangs peuvent causer des irritations de la peau ou encore des maladies intestinales. Mais les populations d’algues vivant au fond du fleuve Saint-Jean produisent des neurotoxines puissantes pouvant provoquer une paralysie immédiate, la suffocation et la mort chez les chiens et autres vertébrés. Elles pourraient aussi, pense la chercheuse, poser un risque chez l’humain.

Nous savons que c’est toxique, nous ne savons juste pas à quel point c’est toxique.

Janice Lawrence, chercheuse à l'Université du Nouveau-Brunswick
La biologiste au travail dans le fleuve Saint-Jean.

Selon la chercheuse Janice Lawrence, les changements climatiques pourraient être à l'origine de l'apparition de ces algues bleu-vert dans le fleuve Saint-Jean.

Photo : Janice Lawrence

Il faut éviter d’ingérer des algues

Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick assure que le risque posé par les neurotoxines est possible en théorie, mais très peu probable en pratique. Une personne devrait en ingérer beaucoup pour que cela pose un risque, dit-on.

Des professionnels de la santé et des vétérinaires demandent malgré tout aux gens d’être prudents et de se protéger eux-mêmes ainsi que leurs animaux lorsqu’ils se promènent près du fleuve.

La Dr Cristin Muecke, médecin-hygiéniste en chef adjointe du Nouveau-Brunswick, explique que certains sous-groupes de bactéries émettent différentes toxines qui peuvent avoir différents effets sur la santé.

Nous savons depuis un moment qu’il existe des cyanobactéries pouvant produire des neurotoxines.

Dr Cristin Muecke

Janice Lawrence a souligné qu'aucune mort humaine associée aux neurotoxines n'a été enregistrée à ce jour. Mais des recherches effectuées sur des animaux de laboratoire ont montré que leurs symptômes ne guérissaient pas après avoir été en contact avec celles-ci et qu’il n’existe pas de traitement connu. Les symptômes peuvent inclure des tremblements, des pertes de certaines fonctions cognitives et des problèmes respiratoires.

Avec les informations d'Elizabeth Fraser de CBC

Nouveau-Brunswick

Santé publique