•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arnaques de grands-parents : Jean Mallette condamné à 42 mois de prison

Palais de justice de Trois-Rivières

Le verdict de culpabilité a été rendu au palais de justice de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'une des têtes dirigeantes d'un réseau d'arnaqueurs de grands-parents, Jean Mallette, a pris le chemin de la prison.

Le Montréalais de 37 ans a été reconnu coupable de 34 chefs d’accusation de fraudes et de tentative de fraude sur des dizaines de personnes âgées entre février et mars 2016. Il est condamné à 42 mois de prison et devra verser un dédommagement totalisant 4000 $ à ses victimes.

Jean Mallette et deux complices ont fait une dizaine de victimes dans la région. Ils procédaient toujours avec le même scénario : ils contactaient des femmes âgées en se faisant passer pour leur petit-fils ou leur neveu. Les fraudeurs faisaient croire à la victime que son proche était détenu après avoir été arrêté pour conduite avec les capacités affaiblies et lui demandaient 5000 $ pour payer la caution.

Un complice qui se faisait passer pour un ami du petit-fils ou du neveu venait par la suite recueillir la somme demandée auprès de la victime.

Le juge Guy Lambert affirme avoir tenu compte des nombreux facteurs aggravants pour fixer la peine de Jean Mallette, notamment d’avoir profité de la vulnérabilité de dames âgées, d’avoir joué avec les sentiments de grands-parents, d’avoir prémédité les fraudes commises avec froideur et d’avoir choqué la collectivité.

La procureure de la Couronne, Me Martine Tessier, souriante

La procureure de la Couronne, Me Martine Tessier, demandait une peine de 54 mois de prison

Photo : Radio-Canada

La procureure de la Couronne, Me Martine Tessier, qui demandait une peine de 54 mois de prison, affirme que le juge a rendu la peine qu’il jugeait appropriée. C'est une peine qui est significative dans les circonstances, il a tenu compte de différents facteurs dont des facteurs aggravants, par exemple, du nombre de victimes, la vulnérabilité des victimes et [du fait] qu'on les a pris dans leur sentiment, explique Martine Tessier.

L'avocat Gilles B. Thibault

L'avocat de la défense, Gilles B. Thibault, entend déposer une demande pour la remise en liberté de Jean Mallette pour la durée de l'appel qu'il a déposé

Photo : Radio-Canada

L’avocat de l’accusé, M. Gilles B. Thibault, a déjà déposé un avis d’appel parce qu’il estime que le juge a erré en droit dans son jugement de culpabilité rendu en avril dernier. La procureure de la Couronne ne partage pas son avis et rappelle que le jugement d’une quarantaine de pages rendu à l’issue de 10 jours de procès est au contraire bien étoffé.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Mauricie et Centre du Québec

Crimes et délits