•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusation de meurtre à Barraute : Pascal Cadieux comparaît à Amos

Le palais de justice d'Amos, en été.

Le palais de justice d'Amos (archives)

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Piel Côté

Accusé de meurtre au deuxième degré, Pascal Cadieux était de retour en cour mardi à Amos. Il a fait savoir qu'il souhaitait plaider coupable à l'accusation auquel il fait face. Cadieux s'est présenté au tribunal mardi après-midi pour une deuxième fois en lien avec la mort de Michel Mingo, survenue lors de la dernière fin de semaine à Barraute.

Le présumé meurtrier s'est présenté seul devant le juge Jacques Ladouceur, mardi après-midi.

L'avocate de la Couronne, Me Marie-Chantal Brassard, souhaitait déposer une demande afin de le faire expertiser en psychiatrie, mais le magistrat a rapidement écarté cette possibilité.

« Il doit rencontrer son avocat afin qu'il puisse avoir accès à tous les services auxquels il a droit », a-t-il dit lors de l'audience.

Jusqu'ici, Pascal Cadieux a refusé les services de deux avocats.

Vous risquez la prison à vie, monsieur. Quelqu'un de l'aide juridique va venir vous voir et vous prendrez une décision par la suite. Vous avez des problèmes psychiatriques et vous avez des spécialistes qui vous aident. Ici vous avez des problèmes juridiques et le spécialiste pour vous aider est un avocat, a sermonné le juge à l'accusé.

Le présumé meurtrier a également affirmé au juge qu'il est schizophrène et qu'il souhaitait plaider coupable aux accusations portées contre lui. Je ne veux pas présenter de défense, a-t-il lancé, ajoutant qu'il avait déjà été évalué en psychiatrie, à Malartic.

Malgré la volonté de l'accusé, le juge Jacques Ladouceur n'a cependant pas enregistré son plaidoyer de culpabilité, puisqu'il a reporté la cause à vendredi. La priorité est de lui trouver un avocat, a-t-il rappelé.

Le magistrat a ordonné que le procès-verbal de cette audience soit transmis à la Commission des services juridiques afin qu'un avocat de l'aide juridique puisse être mis en contact avec Pascal Cadieux.

Abitibi–Témiscamingue

Justice