•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Davie obtient un « contrat majeur » de 500 M$ pour moderniser 3 frégates

Une partie des installations du chantier maritime Davie, à Lévis, au Québec

Photo : Radio-Canada / Jacques Boissinot

Alain Rochefort

Ottawa octroie 500 millions de dollars au chantier maritime Davie pour l'entretien de 3 frégates canadiennes, ce qui donnera du travail à des centaines de travailleurs pour les 10 prochaines années.

Les travaux commenceront à l’été 2020 et permettront de stabiliser 400 emplois à Lévis et 800 emplois ailleurs au Québec, notamment chez des fournisseurs, selon le gouvernement fédéral.

Il s’agit du « plus gros contrat » jamais donné par le gouvernement canadien au chantier maritime Davie, affirme le ministre de la Famille et député de Québec, Jean-Yves Duclos, qui en a fait l’annonce mardi midi, à Lévis.

Et ça, c’est parce qu’en 2018, notre gouvernement a indiqué son intention de conclure des contrats à long terme avec le chantier Davie pour la réfection, la rénovation et la maintenance de frégates de la classe Halifax pour assurer la sécurité du Canada dans le monde, soutient le ministre Duclos.

Le ministre Jean-Yves Duclos lors d'une allocution au chantier Davie.

Le ministre Duclos lors de l'annonce à Lévis. La valeur du contrat est évaluée à quelque 500 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

La direction très heureuse

La direction de la Davie considère pour sa part que « ce contrat est majeur », parce qu’il offre enfin une stabilité pour une décennie tant aux travailleurs qu'aux fournisseurs pour la première fois depuis des lustres.

Ça nous donne le moyen de nos ambitions, parce qu’au final, c’est un signal fort pour les employés qui, normalement, n’auraient peut-être pas pris une décision d’acheter une maison dans la région, s’établir ici, commente Frédérik Boisvert, vice-président du chantier de Lévis.

C’est un contrat qui est majeur, de par sa dimension, de par son importance, de par son nombre d’emplois que ça va garantir.

Frédérik Boisvert, vice-président du chantier maritime Davie

Les deux autres chantiers maritimes du pays, à Vancouver et à Halifax, obtiennent également leur part du gâteau. Ottawa investit au total 7,5 milliards de dollars pour entretenir les frégates de la classe Halifax, une douzaine de navires considérés comme l'épine dorsale de la Marine royale canadienne.

Les bateaux, âgés de 27 ans, seront plus tard remplacés par de nouvelles frégates, construites grâce à la Stratégie nationale de construction navale.

La frégate NCSM Montréal.

Les frégates de la classe Halifax seront entretenues et modernisées par le gouvernement fédéral, au coût de plusieurs milliards de dollars.

Photo : Radio-Canada / Marine royale du Canada

Toujours exclue de la Stratégie nationale

L'industrie se réjouit de l'annonce, mais réclame auprès du gouvernement fédéral d'intégrer le chantier naval Davie à l'actuelle Stratégie nationale de construction navale canadienne.

Le président de la Fédération de l'industrie manufacturière, Louis Bégin, déplore le fait que le chantier québécois soit encore aujourd'hui réduit à devoir quêter les contrats.

La Fédération des chambres de commerce du Québec aimerait quant à elle que Davie soit confirmé comme étant le troisième joueur désigné – aux côtés de Halifax et de Vancouver – avant le lancement officiel de la campagne électorale à l'automne.

Un aperçu du chantier maritime Davie, à Lévis.

Le chantier naval Davie pourra offrir du travail à environ un millier d'employés pendant une décennie.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Même si Davie ne fait pas partie de la Stratégie nationale, qui a été lancée sous l'ancien gouvernement Harper, le ministre Duclos a semé le doute sur ses intentions, en mêlée de presse.

C'est une erreur qu'il est important d'admettre en 2019. Quand on admet une erreur, on peut plus facilement la corriger, affirme-t-il.

Rappelons que le chantier maritime Davie avait été écarté des lucratifs contrats de construction à l'époque parce qu'il était au bord de la faillite. Le chantier a depuis remonté la pente et a même le vent dans les voiles.

Le gouvernement libéral a d'ailleurs récemment annoncé la construction par Davie de deux traversiers qui vont assurer des services essentiels dans l’est du pays.

Avec les informations de La Presse canadienne

Québec

Chantier naval