•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès du chanteur Johnny Clegg, surnommé le « zoulou blanc »

Johnny Clegg

Photo : Getty Images / RODGER BOSCH

Radio-Canada

Le chanteur sud-africain Johnny Clegg est décédé, mardi, d'un cancer à l'âge de 66 ans, selon ce que rapportent des médias sud-africains.

Johnny Clegg, parfois surnommé le « zoulou blanc », avait connu le succès dans les années 1990 en adaptant le mbaqanga, un style musical traditionnel zoulou.

Il s'était fortement engagé dans la lutte contre l'apartheid, le système ségrégationniste en vigueur en Afrique du Sud jusqu'en 1994.

Les groupes multiethniques de Johnny Clegg, formés au moment où la minorité blanche était au pouvoir en Afrique du Sud, lui ont valu des fans à l'échelle planétaire. Il a créé des succès inspirés de la musique zouloue, du folk et d'autres influences, défiant ainsi les barrières raciales imposées par le système d'apartheid d'Afrique du Sud, il y a plusieurs décennies.

L'une de ses chansons les plus connues est Asimbonanga, qui signifie « Nous ne l'avons pas vu », en zoulou. Elle fait référence à l'époque de l'apartheid, alors que des images de Nelson Mandela, alors emprisonné, étaient interdites en Afrique du Sud.

S'exprimant bien en français, Johnny Clegg interagissait régulièrement avec le public dans la langue de Molière lors de ses passages sur scène au Québec. Dans une entrevue qu'il accordait à la journaliste Marie-Christine Trottier en 2007, le chanteur affirmait que les rapprochements culturels et la justice sociale étaient au cœur de sa démarche artistique. « Je me suis toujours impliqué avec l'idée de faire un pont entre les différentes cultures », expliquait-il.

Avec les informations de Reuters, et Associated Press

Musique

Arts