•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ancien employé de l'armée aurait commis une importante fraude à Valcartier

Éloi Bossé est accusé d'avoir commis une fraude importante à Valcartier.

Photo : Radio-Canada

Yannick Bergeron

Un chercheur de haut niveau qui travaillait pour le Centre de recherches à la base militaire de Valcartier est soupçonné d'avoir fraudé le gouvernement.

Éloi Bossé aurait profité de son poste pour soutirer des milliers de dollars de fonds publics, a appris Radio-Canada.

Il aurait eu l'aide d'un ancien employé de la base militaire de Valcartier, Martin Gingras, 52 ans, qui habite Hébertville, au Lac-Saint-Jean.

Les deux hommes doivent comparaître au palais de justice de Québec, le mois prochain, pour répondre ensemble à neuf chefs d'accusation de fraude de plus de 5000 $ à la suite d'une enquête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Éloi Bossé, qui aura 63 ans cette semaine, a quitté son poste au sein du ministère de la Défense nationale en 2011.

Les Forces armées canadiennes ont refusé de commenter ce dossier puisqu'il sera devant les tribunaux.

Le ministère de la Défense affirme aussi avoir collaboré avec les autorités compétentes lors de l'enquête.

On ne connaît pas le lien qui unit les deux suspects.

Fraude de combien?

Les Forces armées canadiennes ne veulent pas dévoiler le montant total qui aurait été soutiré au gouvernement.

Les neuf chefs d'accusation déposés portent à croire que la fraude alléguée s'élèverait, au minimum, à 45 000 $.

Le montant pourrait être substantiellement plus élevé, puisque le chef d'accusation de fraude de plus de 5000 $ prévu au Code criminel ne comporte pas de maximum.

Les chefs d'accusation indiquent que les suspects auraient par supercherie, mensonge ou autre moyen dolosif soutiré de l'argent à l'État sur une période de plus de trois ans.

Les documents judiciaires font état de crimes qui auraient été commis entre mars 2008 et juillet 2011.

Chef d'équipe

Sur sa page LinkedIn, Éloi Bossé écrit avoir quitté la division RDDC (Recherche et développement pour la défense Canada) en septembre 2011.

5B6CD18D-E83D-4B6C-ADDB-A7A261C69895

Le Centre de recherches en question est situé près de la base militaire de Valcartier.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Il affirme, toujours sur ce réseau social professionnel, qu'il y dirigeait une section d'environ 26 scientifiques de la défense, d'ingénieurs et de techniciens, y effectuant des recherches pour la mise en œuvre d'un programme de recherche et développement dans le domaine de la fusion de données, de l'aide à la décision et de la gestion des connaissances.

Les deux suspects n'ont pas d'antécédent judiciaire.

Québec

Fraude