•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beauce : la nouvelle carte des zones inondables bien accueillie à Saint-Joseph

Une rue inondée à Saint-Joseph, en Beauce

Une rue inondée à Saint-Joseph, en Beauce

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Jean-François Nadeau

La nouvelle carte des zones inondables présentée par le gouvernement du Québec répond aux principales préoccupations du maire de Saint-Joseph, en Beauce.

La nouvelle mouture de la zone d'intervention spéciale retire 130 commerces et résidences des zones où les immeubles ne pourront pas être reconstruits ou rénovés s'ils sont lourdement endommagés par des inondations.

Plusieurs de ces immeubles se trouvent sur l'artère principale de Saint-Joseph.

Certains secteurs qui étaient inclus dans la zone n'avaient jamais vu d'eau. On a commencé à délimiter ces zones-là qui étaient selon nous des erreurs. Nous avons fait des recommandations au ministère et ils ont retiré toutes ces zones-là, explique le maire de Saint-Joseph, Pierre Gilbert.

Le maire rappelle le caractère exceptionnel des inondations du printemps dernier.

Pour remonter à un niveau aussi haut que ça, il fallait remonter, de mémoire d'homme, à 1917, affirme Pierre Gilbert.

D'autres municipalités toujours en analyse

Les nouvelles cartes ciblent maintenant environ 100 000 propriétés réparties dans 783 municipalités de la province, alors que la carte présentée à la mi-juin couvrait 813 municipalités.

Le maire de Vallée-Jonction, Réal Bisson, est en rencontre mardi après-midi pour analyser les modifications à la zone d'intervention spéciale proposées pour sa municipalité.

À Beauceville également, on préfère étudier davantage les modifications avant de commenter.

Une rue inondée

La montée des eaux a notamment forcé la fermeture de la 173 dans le centre-ville de Beauceville.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

D'autres modifications possibles

Les nouvelles cartes pourront à nouveau être modifiées. Le gouvernement devrait présenter une dernière version en septembre. D'ici là, les propriétaires qui souhaitent échapper au moratoire sur la reconstruction ont jusqu'au 19 août pour contester leur inclusion dans cette zone.

Même s'il est satisfait des changements chez lui, le maire de Saint-Joseph-de-Beauce n'exclut pas la possibilité de former une coalition des municipalités de la Beauce.

Pierre Gilbert estime qu'il est essentiel de réclamer l'exclusion des artères principales des zones où les reconstructions sont interdites.

À tout le moins, il faudrait penser à un moratoire d'application dans certaines zones de certaines municipalités de la Beauce. On ne peut pas vider un centre-ville dans l'espace de six mois et dire "les commerces qui sont là, vous prenez vos pénates et vous allez ailleurs", illustre-t-il.

Selon une entrevue accordée par Pierre Gilbert à l'émission Première Heure

Québec

Politique provinciale