•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les municipalités appelées d'urgence à la rescousse du Centre de tri de Mont-Joli

Un employé du centre de tri de Mont-Joli au travail.

Un employé du centre de tri de Mont-Joli

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le Groupe Bouffard demande aux municipalités de renégocier leurs ententes pour éviter la fermeture du Centre de tri de Mont-Joli. L'entreprise matanaise perd environ 100 000 $ par mois en raison de la crise qui secoue ce secteur.

Les prix ont chuté à tel point que Groupe Bouffard a englouti près d'un million et demi de dollars depuis le début de la crise il y a 22 mois.

La situation est qualifiée d'urgente, par le président de l'entreprise, Dominic Bouffard.

Sans une aide supplémentaire de la centaine de municipalités de l'Est-du-Québec qui envoie les matières recyclables à Mont-Joli, Groupe Bouffard mettra la clé sous la porte prochainement.

S'il y a des municipalités qui refusent, on ne les prend plus comme clients, on ne peut pas faire autrement.

La part demandée aux municipalités pourrait donc doubler. Par contre, affirme Dominic Bouffard, celles-ci sont ensuite remboursées à hauteur de 90 % par Éco-entreprise Québec, un regroupement d'entreprises qui mettent sur le marché québécois des contenants, des emballages et des imprimés.

Le président de Groupe Bouffard, Dominic Bouffard

Le président de Groupe Bouffard, Dominic Bouffard

Photo : Radio-Canada

Hier, les élus de la Ville de Matane ont entamé les démarches pour rouvrir son contrat avec le Groupe Bouffard.

Selon le président du groupe, d'autres municipalités ont fait de même.

Un comité formé de représentants de l'Entreprise et des municipalités sera aussi mis sur pied pour déterminer la quote-part à payer, celle-ci pourra varier en fonction du prix des matières.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Matières résiduelles