•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sauvegarde du monastère Notre-Dame du Rosaire : la Maison Pelland démolie

Les décombres de la Maison Pelland à côté d'une grue

Le Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère dénonce la décision du propriétaire de démolir la Maison Pelland

Photo : Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère

Radio-Canada

Nouveau rebondissement dans la saga de la sauvegarde du monastère Notre-Dame du Rosaire : le bâtiment voisin, la Maison Pelland, a été démoli.

C'est une grande déception pour le Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère, qui prévoyait défendre la protection de la Maison Pelland auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec le 12 juillet. Or, quelques heures avant la tenue de l'audition, le bâtiment était déjà un tas de décombres.

Il est certainement douteux que cette démolition, presque instantanée, soit le seul fruit du hasard.

Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère
Une grue détruisant la Maison Pelland

La Maison Pelland a été démolie avant la tenue de l'audition du Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec

Photo : Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère

Le comité dénonce la décision du propriétaire de procéder à la démolition du bâtiment le jour même de sa présentation.

Le hasard faisant bien les choses, ou la malice étant ce qu'elle est, on a décidé de démolir avant même que l'on soit entendu, déclare le président du comité Louis-Victor Sylvestre avec amertume.

Une demande de protection qui n'a pas porté fruit

Le groupe de citoyens avait d'ailleurs déjà déposé un mémoire soulignant l'importance patrimoniale de la Maison Pelland une semaine avant sa démolition.

Il considère ce bâtiment construit en 1916 comme ayant été le premier monastère des Moniales dominicaines à Berthierville, qui y avaient vécu de 1925 à 1934.

La Maison Pelland avant sa destruction

Une ancienne propriétaire, Claire Tranchemontagne-Pelland, avait offert sa maison aux Moniales dominicaines contemplatives en 1925. Le comité a publié une image de la maison avant sa démolition sur sa page Facebook.

Photo : Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère

Le Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère espérait que l'intention de classement dont le monastère faisait l'objet soit étendue à la Maison Pelland afin d'empêcher sa démolition.

Le ministère de la Culture a d'ailleurs justifié l'absence d'ordonnance de protection pour la Maison Pelland en insistant sur la basse valeur patrimoniale du bâtiment. Selon le gouvernement, la maison aurait eu de nombreux propriétaires après le passages des Moniales dominicaines et aurait été maintes fois transformée.

Le propriétaire réplique

L'entreprise du propriétaire André St-Martin a fait parvenir une mise en demeure au Comité citoyen pour la sauvegarde du monastère.

Dans le document qui a été envoyé au président du comité, Louis-Victor Sylvestre, l'avocat de l'entrepreneur indique que le mémoire déposé par le comité contiendrait des propos faux et diffamatoires.

L'avocat Louis-Victor Sylvestre

Le président du Comité citoyen pour la sauvegarde du Monastère Louis-Victor Sylvestre, a reçu une mise en demeure de la part de l'avocat représentant l'entreprise propriétaire du terrain.

Photo : Site web professionnel de l'avocat Louis-Victor Sylvestre

Le comité est notamment accusé de faussement insinuer qu'il y aurait eu de la collusion entre la municipalité de Berthierville et l'entreprise pour l'achat du terrain du monastère. Selon l'entreprise propriétaire du terrain, le président du comité chercherait plutôt à protéger la valeur de sa maison et de son terrain, qui font face au monastère.

Nous sommes d'avis que ces écrits sont diffamatoires, voire calomnieux et, conséquemment, une rétractation formelle et immédiate s'impose sous réserve des droits et recours de notre cliente.

Laurent Debrun, avocat de l'entreprise propriétaire du terrain

L'avocat représentant l'entreprise exige que le comité retire les éléments qu'il juge erronés du mémoire qui avait été envoyé au Conseil du patrimoine culturel du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale