•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception des militants après la démolition de la piscine Norwood

Démolition de la piscine Norwood.

Le groupe Sauvons la piscine Norwood avait demandé un répit d'un an à la Municipalité, le temps de trouver une solution adéquate.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le comité Sauvons la piscine Norwood est affligé au lendemain de la démolition de la piscine Norwood, qu'il était certain de tenter de sauver.

On était sûr de pouvoir y arriver, mais on ne nous a pas donné cette chance, déplore la porte-parole du groupe de militants, Monique Lacoste. Elle ajoute que la « mort de la piscine Norwood » avait été annoncée depuis les années 1990, mais que l'infrastructure avait réussi à tenir debout jusqu’alors.

La représentante du comité n’était pas seule à assister à la démolition de la piscine, lundi après midi, le coeur gros. Les gens passaient tristement, s’arrêtaient, se donnaient des accolades, témoigne-t-elle.

Contrairement à ce qu’avait soutenu le conseiller de Saint-Boniface, Mathieu Allard, dans une publication sur Facebook, Monique Lacoste certifie que la piscine n’était pas « brisée ». Elle soutient que la pompe fonctionnait comme à l’origine.

Même si elle reconnaît le problème de la nappe phréatique, elle met au défi la Ville de prouver que le niveau actuel de l’eau souterraine était trop élevé, étant donné la sécheresse de cette année.

Selon la Municipalité, le niveau d’eau souterraine a augmenté au fil des ans, et la nappe phréatique se trouvait à un niveau plus élevé que le fond de la piscine, ce qui risque de contaminer l'eau de la piscine.

Pour tout problème de ce genre, il existe des solutions, il en aurait existé si la Ville avait voulu investir de nouveau dans cette piscine, croit Monique Lacoste.

« Un lieu de convergence »

En plus d’être utile pour le quartier, cette piscine était le « coeur » de Norwood, « un atout et un lieu de convergence », selon Mme Lacoste.

Monique Lacoste estime que la piscine recevait près de 10 000 visites dans l’année, ce qui explique l'achalandage des autres piscines à certaines heures depuis sa fermeture.

Il y avait des gens qui venaient du centre-ville, des gens défavorisés, des gens qui venaient d'aussi loin que de Rivers Heights et appelaient la piscine Norwood leur piscine, parce que c'était la plus proche, regrette-t-elle.

Manitoba

Société