•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loger des sans-abri dans des hôtels, une solution transitoire pour la Ville d'Edmonton

Les Services d'approche communautaire aidant les sans-abri.

Les travailleurs des Services d'approche communautaire aident les gens à quitter les camps de Dawson Park pour aller à l'hôtel.

Photo : Boyle Street Outreach team

Radio-Canada

Offrir des chambres d'hôtel aux campeurs sans-abri s'avère un moyen efficace de les aider à trouver un logement permanent, selon la Ville d’Edmonton.

Lorsque les équipes municipales ont évacué des douzaines de personnes du parc Dawson en mai, certains sans-abri ont manifesté le désir de sortir de la rue.

La Ville d’Edmonton n’est pas restée sourde à leur requête; 10 d’entre eux ont été logés dans des chambres d'hôtel.

Deux mois plus tard, sept de ces personnes sont dans des foyers permanents et les trois autres travaillent avec des organismes d'aide au logement.

Le travail a été très intensif, mais il a été très gratifiant de voir qu'un certain nombre de ces personnes a trouvé un logement et que le reste est très près d'en avoir un, dit Doug Cooke, chef de l'équipe du centre communautaire Boyle Street qui vient en aide aux démunis.

Plus de 1900 Edmontoniens étaient sans-abri en janvier 2019, et près de 500 d'entre eux dormaient à l'extérieur plutôt que dans des refuges, selon un rapport municipal publié en mai.

M. Cooke et son équipe se déplacent d'un bout à l'autre d'Edmonton pour surveiller les personnes qui campent dans la vallée de la rivière, sous les ponts, près des routes ou dans d'autres endroits isolés de la ville. Il s'agit d'un effort continu de la part des travailleurs des services d'approche pour aider ces personnes à trouver un logement permanent, et à se rendre à leurs rendez-vous ou à terminer le processus d'obtention d'un appartement.

De la litière éparpillée dans le parc Dawson où de nombreux incendies ont éclaté au printemps.

Quelques sans-abri ont été expulsés du parc Dawson en mai 2019 pour être logés dans des chambres d'hôtel.

Photo : Sam Martin/CBC

Les gens qui vivent dans la rue ont tendance à déménager pour diverses raisons, ce qui rend difficile le travail des services d'approche communautaire. Ils sont souvent obligés de reprendre le processus d'inscription sur une nouvelle liste d'attente de logement, explique M. Cooke.

Le fait de placer quelqu'un dans un hôtel, où il est facile de le trouver et où les travailleurs d'approche peuvent laisser des messages, facilite le processus de demande de logement.

La porte-parole de la Ville, Adrienne Cloutier, dit que c'est en payant les frais d'hôtel pour les personnes expulsées du parc Dawson que la Ville a décidé de les installer dans des logements relais.

La création d'une politique de logement provisoire a été recommandée dans un rapport de mars 2019 sur la façon dont la Ville devrait traiter les campements de sans-abri dans des espaces publics. Mme Cloutier indique que la Ville commence à appliquer un certain nombre de recommandations du rapport.

Toutefois, elle n'a pas été en mesure de fournir le montant total que la Ville d’Edmonton a payé jusqu'à présent pour les chambres d'hôtel.

La Ville continuera de financer les logements de transition à petite échelle par l'entremise de l'équipe de sensibilisation de la rue Boyle jusqu'à la fin de l'année, écrit Mme Cloutier dans un courriel envoyé lundi dernier.

L'administration évaluera son efficacité en tant qu'opération visant à améliorer les conditions de logement des habitants de la rue et les coûts correspondants à la fin de l'année.

Alors que les villages de tentes continuent de faire leur apparition autour du centre-ville, la Ville travaillera avec l'équipe de la rue Boyle, Homeward Trust et d'autres organismes pour s'assurer que les personnes évacuées des campements seront réinstallées ailleurs, précise Mme Cloutier.

Avec les informations de CBC

Alberta

Affaires municipales