•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un train à grande vitesse entre Vancouver et Seattle autosuffisant dès 2055, dit une étude

Les TGV (trains à grande vitesse) français changent de nom pour InOui.

Les trains à grande vitesse, à l'exemple du TGV en France, sont un rêve dans la région Pacific Northwest du Canada et des États-Unis depuis des années.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une nouvelle étude sur un train à grande vitesse entre la Colombie-Britannique et l’État de Washington, aux États-Unis, conclut que celui-ci serait autosuffisant à partir de 2055.

L'étude, réalisée par le ministère des Transports de l'État de Washington, se base sur des données de 2017 et estime que la construction de la ligne coûterait entre 24 et 42 milliards de dollars américains. L'étude conclut que cela « vaut l’investissement » et que les coûts d’exploitation seraient couverts par les revenus dès 2055.

La proposition d’un système de train à grande vitesse entre les villes de Vancouver, de Seattle et de Portland était au coeur de l’analyse publiée par des fonctionnaires de l’État de Washington lundi.

« Il y a certainement de l'intérêt [pour ce projet] », dit Janet Matkin, gérante des communications au ministère des Transports de l’État.

Le ministère des Emplois, du Commerce et de la Technologie de la Colombie-Britannique affirme que l’étude « fait partie du travail nécessaire pour comprendre la faisabilité [du projet] ».

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a octroyé 300 000 $ pour cette étude en mars 2018. Un financement additionnel de 300 000 $ a été annoncé en février 2019 pour les prochaines étapes exploratoires.

Deux hommes sont devant des podiums avec micro sur une place extérieure avec un paysage de montagnes à l'arrière-plan.

Le gouverneur de l'État de Washington et le premier ministre de la Colombie-Britannique ont annoncé en mars 2018, à Vancouver, une étude de faisabilité pour la construction d'un train à grande vitesse.

Photo : Radio-Canada / Valérie Gamache

Vancouver à Seattle en une heure

Selon l’étude, le temps de déplacement entre Vancouver et Seattle serait réduit à une heure et celui entre Vancouver et Portland à moins de deux heures.

« Selon les estimations, entre 12 et 20 % des voyages qui sont, en ce moment, effectués en voiture ou en avion seraient remplacés par le système à grande vitesse », explique Mme Matkin.

L’étude suggère que le train contribuerait à améliorer la productivité de la région, en plus de réduire la congestion sur les routes et l’émission de gaz à effet de serre.

« [Ce projet] développerait les connexions dans la région du nord-ouest pacifique pour faciliter la collaboration à travers la frontière », conclut Mme Matkin.

Colombie-Britannique et Yukon

Transports