•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre des sciences de la santé : des gardes de sécurité menacés par une arme à feu

Une passerelle majoritairement en verre qui se connecte au deuxième étage d'un édifice hospitalier.

Le Centre des sciences de la santé est l'un des principaux hôpitaux de Winnipeg.

Photo : Google StreetView

Radio-Canada

Un individu a pointé un pistolet sur les agents de sécurité du Centre des sciences de la santé (HSC) alors qu'ils l'escortaient hors de l'Hôpital pour enfants, samedi après-midi.

L’homme a pris la fuite juste après avoir brandi ce qui semblait être une arme à feu, au niveau de la boucle près du numéro 820, de la rue Sherbrooke, selon un porte-parole de Soins communs.

Un suspect aurait été repéré par les caméras de surveillance de l’établissement et la police enquête sur le sujet.

Si la violence à laquelle font face les services de sécurité de l’hôpital winnipégois s’intensifie ces derniers mois, cet incident est une première.

Bien que les agents de sécurité du HSC aient déjà dû maîtriser des armes au sein de l’hôpital, c’est la première fois qu’ils ont eu un pistolet pointé sur eux. 

Michelle Gawronsky, présidente du Syndicat des employés de la fonction publique

L'événement repose également la question du manque de clarté en ce qui concerne les pouvoirs des agents de sécurité.

Michelle Gawronsky dit qu'il est important qu’on leur explique de quelle façon agir dans ces situations afin qu’ils puissent garantir la sécurité des hôpitauxsans avoir peur des répercussions.

L’Office régional de la santé de Winnipeg explique que les agents de sécurité peuvent intervenir quand ils font face à des individus violents, mais qu'ils doivent respecter les mêmes règles que les agents de police : agir de façon raisonnable et utiliser la force proportionnelle à la situation.

Le HSC avait adopté de nouvelles mesures de sécurité ces derniers mois, notamment une diminution des visites après 20 h 30 dans la plupart des unités, selon le porte-parole de Soins communs.

Cela avait permis de diminuer de 39 % les incidents nécessitant une intervention en décembre, et de 66 %, en janvier, en comparaison avec ces mêmes mois de l’année précédente.

Manitoba

Faits divers