•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Températures chaudes anormales et « sans précédent » au Nunavut

Plusieurs panneaux de signalisation entourent celui d'Alert.

Bienvenue à Alert, au Nunavut, au nord du 82e parallèle.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Radio-Canada

Les observateurs météorologiques ont à l’oeil la communauté d'Alert, au Nunavut, la plus septentrionale du monde, qui subit présentement une vague de chaleur record.

C'est vraiment spectaculaire, dit David Phillips, le climatologue en chef à Environnement Canada. C'est sans précédent.

L’agence météorologique affirme que la station des Forces canadiennes Alert a vu le mercure établir un nouveau record dimanche, en atteignant 21 °C.

Rectificatif :

Une version précédente de cet article indiquait à tort que le 9 juillet avait enregistré la température la plus élevée de tous les temps. Or, il aurait fallu y ajouter « de tous les temps pour cette journée ». Les modifications ont été apportées dans le texte.

Lundi, le poste d'écoute militaire au sommet de l'île d'Ellesmere a atteint 20 °C à midi et le mercure a légèrement monté plus tard dans la journée.

Alert était donc plus chaude que Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, située au sud de l’île de Vancouver.

Nous le voyons plus fréquemment. Ce n'est pas juste un demi-degré ou un dixième de millimètre. C'est comme si on frappait une balle hors du stade. C'est du jamais-vu.

David Phillips, climatologue en chef à Environnement Canada

Le 9 juillet, jour de la fête du Nunavut, le mercure a atteint 23,5 °C à Iqaluit, soit la température la plus élevée de tous les temps pour cette journée. L’Alaska a aussi connu son deuxième mois de juin le plus chaud jamais enregistré.

La fonte des glaces en partie responsable

De nombreux scientifiques pensent que cette hausse des températures est en partie due à la fonte des glaces et aux changements dans le courant-jet, une rivière d'air rapide en haute altitude qui se déplace d'ouest en est.

Ce courant a ralenti ces dernières années et est devenu instable, faisant parfois des boucles plus au nord ou au sud qu'à la normale.

David Phillips reste toutefois prudent quant à l'attribution d'événements spécifiques à une cause quelconque, mais pas à la désignation d'un des principaux moteurs.

Avec des températures sans précédent, vous ne pouvez pas conclure que le changement climatique n'est pas un facteur.

Avec les informations de Bob Weber

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Conditions météorologiques