•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathalie Provost claque la porte du comité sur les armes à feu

Nathalie Provost lors d'un entretien accordé aux médias.

Nathalie Provost quitte le comité sur les armes à feu, déçue de l'incapacité du gouvernement à s'attaquer aux fusils d'assaut.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

La survivante de la fusillade à Polytechnique Nathalie Provost a claqué la porte du Comité consultatif canadien sur les armes à feu (CCCAF), se disant fortement déçue de l'incapacité du gouvernement libéral à s'attaquer aux fusils d'assaut.

Mme Provost, qui a été atteinte par balle quatre fois lors de la fusillade à l'établissement montréalais en 1989, a siégé au comité pendant plus de deux ans.

Dans sa lettre adressée au premier ministre Justin Trudeau et aux ministres Ralph Goodale et Bill Blair, elle accuse le gouvernement d'avoir ignoré systématiquement sa demande de refonte du système de classification des armes à feu, ce qui aurait pu resserrer les restrictions imposées sur certains fusils semi-automatiques.

Selon elle, le comité n'a apporté aucune contribution au projet de loi libéral sur les armes à feu récemment adopté par le Parlement, un projet de loi qu'elle juge très timide.

J'ai le sentiment d'avoir été utilisée en tant que caution morale à l'inaction (ou le peu d'action) du gouvernement libéral sur la question du contrôle des armes. C'est donc pour me soustraire à cette apparente instrumentalisation que je vous annonce ma démission du CCCAF à compter d'aujourd'hui même.

Nathalie Provost, extrait de sa lettre de démission

Mme Provost n'accordait pas d'entrevue lundi, préférant laisser sa lettre parler d'elle-même.

Cette militante est impliquée depuis longtemps dans l'organisation Polysesouvient, qui réclame un meilleur contrôle des armes à feu.

Épisode du projet de loi C-71

En 2016, le gouvernement libéral avait nommé Nathalie Provost vice-présidente du comité consultatif, qui conseille le ministre de la Sécurité publique quant aux politiques sur les armes à feu.

À l'époque, le comité était présidé par un ancien juge de la Cour suprême et comptait parmi ses membres un chef de police, un tireur sportif de compétition, un urgentologue et un agriculteur.

Mme Provost dit avoir perçu cette nomination comme une occasion d'améliorer la sécurité publique. Mais elle a été surprise, en 2018, lorsque le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale a présenté le projet de loi C-71 « sans échange ni discussion préalable avec le CCCAF ».

Ce projet de loi élargit la vérification des antécédents des personnes qui souhaitent acquérir des armes à feu, renforce les exigences en matière de conservation des documents pour les ventes et oblige les acheteurs à présenter des permis valides pour les armes à feu.

Certains propriétaires d'armes à feu ont accusé les libéraux de prendre pour cibles des chasseurs et des tireurs respectueux de la loi, tandis que des défenseurs du contrôle des armes à feu ont déploré que le projet de loi ne s'attaque pas assez aux armes d'assaut.

Le gouvernement Trudeau se défend

Scott Bardsley, un porte-parole de M. Goodale, a déclaré lundi que le gouvernement était reconnaissant envers Mme Provost pour ses années de service.

Il a toutefois défendu les « mesures concrètes » prises par le gouvernement pour lutter contre la violence par armes à feu, notamment le projet de loi C-71.

Et nous demanderons aux Canadiens le mandat pour renforcer la sécurité publique, a-t-il ajouté.

En août dernier, le premier ministre Trudeau avait demandé à M. Blair d'étudier la possibilité d'interdire les armes de poing et les armes d'assaut après une fusillade meurtrière à Toronto. Un résumé des consultations fédérales indique que les Canadiens sont divisés sur cette idée.

Dans sa lettre, Mme Provost dénonce cette consultation fastidieuse, scientifiquement discréditée et manifestement inutile, qui a eu pour effet de reporter tout projet de loi après les élections de l'automne.

Un élément de la plateforme?

M. Blair a déclaré le mois dernier qu'il fallait faire plus pour lutter contre la violence armée, mais il a également indiqué qu'aucune nouvelle mesure ne serait prise prochainement.

Toute initiative supplémentaire en matière de contrôle des armes à feu devrait être un élément de la plateforme électorale libérale.

Mme Provost affirme que le gouvernement pourrait immédiatement interdire toute une gamme de fusils d'assaut par voie réglementaire.

À force de limiter vos interventions à des mesures timides ou à des demi-mesures, vous provoquez l'opposition virulente du lobby des armes sans pour autant livrer d'améliorations à la hauteur des risques ni même de l'intensité de cette opposition.

Nathalie Provost

En fait, le lobby pro-armes s'opposera à tout resserrement – qu'il soit modeste ou audacieux –, alors pourquoi ne pas avancer à grands pas pour prioriser la sécurité publique?

Politique fédérale

Politique