•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blaine Higgs se dit en faveur d’un corridor énergétique pancanadien

Blaine Higgs le 8 novembre 2018.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick compare le corridor énergétique à un chemin de fer traversant le Canada. Il s’agit du projet proposé par le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, visant à relier les provinces d’est en ouest pour le transport des ressources énergétiques.

Le projet faciliterait la construction, dans une zone déterminée, de pipelines et de lignes électriques, assure Andrew Scheer.

Ce corridor permettrait de transporter les ressources naturelles vers de nouveaux marchés, mais aussi d’atteindre l’autosuffisance énergétique. Le chef conservateur canadien compte y arriver d’ici 2030, a-t-il annoncé en mai dernier.

Si le premier ministre du Québec, François Legault, a déjà manifesté son opposition au projet, son homologue du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, se positionne en sa faveur.

L’objectif est de retirer les obstacles pour les investisseurs du secteur privé pour transporter les ressources énergétiques d’un bout à l’autre du pays, a dit Blaine Higgs dans une entrevue avec CBC lundi matin.

Il assure d’ailleurs que plusieurs autres premiers ministres conservateurs des provinces canadiennes appuient ce projet, dont Jason Kenney, de l’Alberta, et Scott Moe, de la Saskatchewan. Le sujet aurait été abordé lors du Conseil de la fédération en Saskatchewan la semaine dernière.

Andrew Scheer n'a pas détaillé la géographie, les coûts ou l'échéancier du corridor proposé, mais il envisage notamment d'accroître la capacité de raffinage au Nouveau-Brunswick et les expéditions de pétrole et de gaz de l'Alberta vers l'est du Canada.

Pour encourager le secteur privé

Si Blaine Higgs assure que le Nouveau-Brunswick ne souhaite pas s’embarquer dans l’industrie des pipelines, il ajoute que des entreprises privées, comme Endbridge, pourraient vouloir investir dans de tels projets. Celles-ci sont pour l’instant réticentes à cause des obstacles politiques et des réglementations.

Le concept d’un corridor est comme une autoroute, comme un chemin de fer, mais c’est une autoroute du développement. Cela permet à l’industrie de parcourir le pays d’ouest en est.

Blaine Higgs affirme aussi être en désaccord avec le Parti vert qui avance qu’un pipeline augmenterait la production de combustibles fossiles et les conséquences des changements climatiques. Il assure que le corridor ne ferait qu’aider le Canada à arrêter de faire venir du pétrole d’autres pays.

Plus nous attendons, plus nous faisons venir du pétrole de l’extérieur.

Avec les informations d'Elizabeth Fraser de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale