•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba veut renforcer la lutte contre la maladie de Lyme

Une tique gorgée de sang.

En 2018, il y a eu 54 cas de maladie de Lyme au Manitoba.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba va de l’avant avec son projet de mise en place d’un service de soins collaboratif visant à améliorer les services de santé destinés aux personnes présentant des symptômes de la maladie de Lyme et d’autres maladies émergentes transmises par les tiques.

Le service, dont le début des activités est prévu pour l'automne, recevra un financement annuel de plus de 240 000 $.

Dans son annonce faite il y a quelques semaines, le ministre de la Santé du Manitoba, Cameron Friesen, a précisé que le nombre de cas de maladie de Lyme chez les humains augmente au Manitoba.

En 2018, il y a eu 54 cas signalés, dont 28 confirmés. Il y en avait eu 4 l'année précédente, tous cas confondus.

Selon Dr Richard Rusk, médecin hygiéniste en santé pour la province, le nombre de personnes qui sont atteintes de la maladie de Lyme est d'ailleurs sous-estimé actuellement dans la province.

Des personnes qui ont des situations complexes ne sont pas souvent prises en charge adéquatement, ajoute-t-il. « Parfois, le système ne sait simplement pas quoi faire de ces personnes, dit-il. Ces personnes iront d’un spécialiste à l’autre sans solution. »

Le service de soins collaboratif établira la liaison entre les spécialistes de la maladie de Lyme, les médecins de famille et les autres personnes travaillant dans le domaine de santé.

Avec un service ainsi organisé, le Dr Rusk pense que les médecins généralistes pourront mieux orienter leurs patients vers de meilleurs soins. « Le médecin de famille veut souvent aider, mais ne sait pas à qui parler. »

Le traitement des cas complexes de maladie de Lyme n’étant pas uniquement lié à la prise d’antibiotiques, une attention sera également portée à la formation et à la sensibilisation du personnel du domaine de la santé.

Le groupe envisage de travailler avec toutes les personnes qui ont des compétences nécessaires afin d’aider les Manitobains souffrants.

Parfois, le traitement comprend de la physiothérapie, de l’accompagnement social, des conseils en nutrition et tous ces détails, les travailleurs du domaine doivent les savoir.

Dr Richard Rusk, médecin hygiéniste en santé pour la province

Dans ce service collaboratif, l’Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW), par exemple, s’occupera davantage de l’aspect clinique, alors que le ministère de la Santé mettra l’accent sur la prévention et la sensibilisation, explique le Dr Rusk.

Selon lui, l’augmentation du nombre de tiques qui est observée aujourd’hui dans la province avait été annoncée par une étude.

« En 2004, une étude avait montré qu’en raison des changements climatiques on verrait une progression de lieux d’habitation des tiques. Et au Manitoba, nous avons des belles forêts et de beaux espaces propices à leur évolution. »

Si le public ne prend pas la pleine mesure de l’ampleur de la situation, le Dr Rusk craint que le nombre de cas de maladie de Lyme, transmise par la tique, n'augmente.

L’hygiéniste en santé de la province conseille à tous les Manitobains d’être conscients de la présence des tiques dans la province, de bien s'inspecter après chaque activité en plein air.

« Après du camping, une randonnée ou une sortie dans la nature, il faut bien vérifier son corps et ses vêtements complètement. »

Le Dr Rusk ajoute que les tiques à pattes noires, capables de transmettre les agents responsables de maladies transmises par les tiques telles que l'anaplasmose, la babésiose et la maladie de Lyme, resteront actives dans la province jusqu’à la première tombée de neige permanente.

Avec des informations de Chantallya Louis

Manitoba

Santé