•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Programme extra-mural : le Nouveau-Brunswick prolonge son entente avec Medavie

Gros plan sur un stéthoscope autour du cou d'un médecin

Le Programme extra-mural vise à offrir des soins de santé à domicile au Nouveau-Brunswick.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Un an et demi après avoir conclu une entente avec l’entreprise privée Medavie, le gouvernement renouvelle son contrat pour la gestion du Programme extra-mural.

Le Programme extra-mural fournit des services de soins de santé aux Néo-Brunswickois de tout âge à leur domicile ou en foyer de soins. Il s’agit d’un programme provincial financé par des fonds publics, mais offert par Medavie depuis janvier 2018.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, avait menacé d’annuler ce contrat lorsqu’il était dans l’opposition, mais il a plutôt décidé de le renouveler. Le gouvernement a d’ailleurs publié lundi un rapport préliminaire qui évalue le service.

Le premier ministre Blaine Higgs écoute attentivement le discours du Trône.

Le premier ministre Blaine Higgs s'était plutôt montré contre la privation de l'extra-mural alors qu'il était chef de l'opposition officielle.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Le mandat donné à Medavie il y a un an et demi comprend essentiellement trois grandes responsabilités :

  • fournir une solution de rechange à l’admission à l’hôpital afin de désengorger les établissements de santé;
  • faciliter les congés rapides des hôpitaux;
  • fournir une solution de rechange à l’admission en foyer de soins de longue durée ou permettre de repousser cette admission.

Dans un rapport du gouvernement avec des données préliminaires, tout semble indiquer que Medavie a respecté son mandat sur plusieurs points. Celles-ci montrent que les patients inscrits au Programme extra-mural se rendent moins fréquemment à l’urgence.

Les délais d’attente sont également à la baisse : on serait passé de trois jours d’attente à partir de la demande du service à deux jours. Selon un sondage, 94,1 % des patients affirment avoir eu accès au service dès qu’ils en ont eu besoin. Ce pourcentage était toutefois semblable en 2015, avant la privatisation de l’extra-mural.

Il y a cependant un point pour lequel Medavie ne semble pas avoir atteint son objectif, soit celui du nombre de visites des professionnels de la santé à domicile. Il y aurait eu 7000 visites de moins pour la période allant du mois d’octobre 2018 au mois de mars 2019.

Malgré tout, pour l’organisme Égalité santé en français, ce contrat demeure une privatisation d’un service qui devrait rester dans les mains du gouvernement. Son président, Hubert Dupuis, réitère que ce service fonctionnait bien avant la privatisation et ne comprend toujours pas pourquoi il est passé entre les mains d’une entreprise. En tant que médecin, il assure que, lorsqu’il tente de diriger des patients vers le Programme extra-mural, il se fait souvent refuser ce service par Medavie.

Hubert Dupuis, président d'Égalité santé en français.

Pour Hubert Dupuis, d'Égalité santé en français, la situation ne s'est pas améliorée.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Nous sommes déçus, dit Luc Doucet, le président de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, après avoir entretenu un mince espoir lors de l’élection du Parti progressiste-conservateur à l’automne 2018. Les conservateurs avaient déclaré vouloir annuler ce contrat.

On n’a pas vu d’amélioration, ajoute-t-il, malgré les chiffres publiés par le gouvernement. Les personnes qui ont reçu des services sont peut-être satisfaites, mais celles qui sont toujours en attente le sont peut-être moins et n’ont peut-être pas été contactées.

Avec les informations de Sophie Desautels

Nouveau-Brunswick

Soins et traitements