•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux événements sismiques à la mine LaRonde

Vue aérienne du site de la mine LaRonde, d'Agnico Eagle.

Vue aérienne du site de la mine LaRonde, d'Agnico Eagle.

Photo : SITE : Agnico Eagle Limited

Piel Côté

Deux événements sismiques d'une magnitude de plus de 2,5 ont secoué la mine LaRonde au cours des 8 derniers jours.

Une première secousse, survenue le 8 juillet vers 17 h 20, était d'une magnitude de 3. La seconde, qui s'est produite le 15 juillet vers 5 h 20, légèrement plus faible, était d'une magnitude de 2,7.

Dans les deux cas, les événements sismiques sont survenus au moment même où Agnico Eagle procédait à des dynamitages à la mine LaRonde de Preissac.

Aucun employé ne se trouvait sous terre à ce moment, conformément au protocole de sismicité mis en place par l'entreprise. Pendant deux heures, nous n'avons personne sous terre pour nous permettre de faire nos dynamitages, mentionne le directeur général de la mine LaRonde, Christian Goulet.

En 2018, 44 épisodes sismiques d'une magnitude entre 2 et 3 sont survenus à la mine LaRonde. À la mi-année, nous en avons 21, donc nous demeurons dans les tendances 2018, soutient Christian Goulet.

Pour les secousses d'une magnitude entre 3 et 4, quatre sont survenues en 2018 contre cinq depuis le début de l'année 2019.

Si on se souvient bien, au mois de janvier, nous avons eu un épisode de trois événements presque en même temps. Si on met cet épisode de côté, on serait à deux pour la mi-année, donc on reste dans le même ordre de grandeur pour 2018, nuance M. Goulet.

Des travaux à 3,31 kilomètres de profondeur

La mine LaRonde effectue présentement du développement de galerie à 3,31 kilomètres de profondeur. Il n'y a pas encore de minage qui se fait à ce niveau. La majorité des chantiers de minage sont entre 2,5 et 3,1 kilomètres de profond, précise-t-il.

On continue d'espérer de pouvoir prolonger l'opération afin d'aller chercher le gisement qui est ouvert en profondeur et qui se situe entre 3,1 et 3,4 kilomètres de profond, conclut-il.

Abitibi–Témiscamingue

Incidents et catastrophes naturelles