•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, il ne s’agit pas de l’employé responsable du vol de données chez Desjardins

On voit une publication Facebook qui nomme le suspect dans l'affaire Desjardins, avec une photo. Le mot « FAUX » apparaît sur l'image.

La photo d'un homme a été associée à tort au vol de données de Desjardins. L'homme sur la photo n'est pas lié à cette affaire.

Photo : Capture d'écran - Facebook

Bouchra Ouatik

Une publication virale partagée plus de 17 000 fois sur Facebook identifie faussement l’employé de Desjardins qui serait responsable du récent vol massif de données de membres. L’homme sur la photo a été arrêté l’hiver dernier pour meurtre et il ne s’agit pas du suspect dans le dossier de Desjardins.

La publication provient d’une internaute du nom de Sylvie Godmer. Cette dernière a partagé le nom d’un présumé suspect identifié dans un article de La Presse, le tout accompagné d’une photo. Le nom partagé par l’internaute a bel et bien été cité dans un article publié le 21 juin par le quotidien sur l’affaire Desjardins, mais la photo provient d’un article différent publié la même journée.

Une confusion entre deux articles

L’homme sur la photo est Frederick Silva et il a été arrêté en février dernier à Montréal pour un dossier de meurtre. L’article de La Presse dont provient la photo faisait état de l’arrestation de trois de ses complices.

L’article relatif au vol de données chez Desjardins, quant à lui, ne comportait pas de photo du suspect. Étant donné que Radio-Canada n’a pu confirmer l’implication de l’homme cité dans cet article, qui n'a d'ailleurs pas été accusé, nous avons choisi de ne pas le nommer.

Contactée par Radio-Canada, Mme Godmer dit avoir vu la juxtaposition de la photo de M. Silva et du titre de l’article de La Presse sur le vol de données chez Desjardins dans une autre publication Facebook. Dans l’image qu’elle nous a envoyée, qui montre un résultat de recherches du moteur Google Images, on voit effectivement que la photo qui accompagne l’article sur Desjardins n’est pas la bonne.

On voit une photo d'un homme au-dessus d'un titre d'article sur le vol de données chez Desjardins.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une capture d'écran du résultat de recherches sur Google Images montre que la photo qui accompagne un article sur Desjardins provient d'un autre article.

Photo : capture d'écran - Google Images

Il peut arriver que l’image que l’on voit dans les résultats du moteur de recherche Google Images soit différente de l’image qui apparaît lorsque l’on clique sur l’article. La Presse affirme que l’article sur Desjardins n’a pas été publié avec l’image de Frederick Silva et dit ignorer pourquoi Google Images a fait la mauvaise association.

Une recherche plus récente sur Google Images montre toutefois que le problème est rectifié, puisque l’image qui apparaît avec cet article est maintenant celle du Complexe Desjardins.

On voit une photo du Complexe Desjardins avec un titre sur le vol de données chez Desjardins.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une recherche récente sur Google Images montre que la photo qui accompagne l'article en question montre le Complexe Desjardins.

Photo : capture d'écran - Google Images

Une publication qui continue de circuler

Mme Godmer a expliqué à Radio-Canada avoir partagé une capture d’écran montrant la mauvaise photo vendredi matin, mais elle l’a effacée quelques heures plus tard lorsqu’une proche l’a informée de l’erreur.

Cependant, des internautes ont à leur tour fait circuler une capture d’écran de la publication de Mme Godmer, de sorte que même si cette dernière l’a supprimée, l’information erronée continue de se propager sur les réseaux sociaux. Plusieurs versions de cette publication circulent sur Facebook, et l’une d’entre elles a dépassé les 17 000 partages, bien que des dizaines d’internautes aient écrit dans les commentaires qu’il ne s’agit pas de la bonne personne.

Mme Godmer, qui dit regretter que sa publication continue de circuler, affirme avoir reçu des dizaines de messages haineux depuis vendredi.

Il arrive fréquemment que des photos identifiant à tort des suspects circulent massivement sur les réseaux sociaux. En mai dernier, une femme avait vu sa photo être associée à la belle-mère accusée dans le dossier de la mort de la fillette de Granby. Les internautes qui commettent ce genre de bévues s'exposent à des poursuites en diffamation.

Décrypteurs, notre dossier

Fausses nouvelles

Justice et faits divers