•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de cohabitat à Winnipeg pour promouvoir la convivialité

Un graphique montrant des maisons.

À la différence d’une colocation, chaque ménage est autosuffisant dans une communauté de cohabitat.

Photo : Courtoisie/Ville de Gatineau

Radio-Canada

Des Winnipégois pourront se familiariser avec le cohabitat mardi soir soir lors d'une rencontre publique du groupe Prairie River Cohousing, à Saint-Boniface, qui présentera cette forme d'habitat collectif, où la convivialité et les relations entre voisins sont de mise.

On fait des efforts pour bâtir une communauté, pour se connaître. Le mieux qu’on se connaît, le plus qu’on se comprend, le plus la communauté va être construite, témoigne Jeannine Sorin, qui a rejoint le groupe Prairie Rivers Cohousing il y a un peu plus d’un an.

Si les membres du groupe de cohabitat viennent de tous les horizons, des rencontres sont régulièrement organisées pour les rassembler autour de la même table et apprendre à se connaître.

Le plus important, c’est les repas en commun. Il y a toujours une grande cuisine et une grande salle à dîner et des repas en commun dans le cohousing, dit Jeannine Sorin.

À la différence d’une colocation, chaque ménage est autosuffisant dans une communauté de cohabitat. Si je veux m’isoler, je n’ai pas besoin de me retrouver dans un espace partagé, mais quand je veux entrer en relation avec quelqu’un, je sais où le trouver, dit Jeannine Sorin.

Selon elle, les logements en cohabitat sont cependant plus petits que la norme, car les espaces communs fournissent un endroit où accueillir des visiteurs et se rassembler à plusieurs. Elle affirme avoir l’espace suffisant pour vivre, étant célibataire, sans avoir besoin de grande salle à manger ou de grand salon.

Vivre en communauté, c’est également partager les ressources. Chacun a son nécessaire, mais si on cherche une perceuse, l’atelier commun nous dépannera, souligne-t-elle.

Un concept qui gagne du terrain

Le cohabitat a vu le jour au Danemark, où 10 % de la population habite aujourd’hui dans ces communautés d’échange.

Le concept s'est rapidement exporté en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique. Il en existe déjà une dizaine en Colombie-Britannique.

À Winnipeg, le groupe Prairie Rivers Cohousing fait des adeptes depuis deux à trois ans, selon Jeannine Sorin.

Manitoba

Modes de vie