•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Témiscabitibiens consomment moins souvent, mais plus excessivement de l'alcool

Des personnes trinquent avec leur verre de bière.

Les habitants de l'Abitibi-Témiscamingue consomment moins souvent de l'alcool, mais de façon plus excessive. (archives)

Photo : iStock / tomorca

Tanya Neveu

Les gens de l'Abitibi-Témiscamingue consomment moins d'alcool que ceux d'ailleurs au Québec. Toutefois, ils sont plus nombreux à consommer de l'alcool de façon excessive.

C'est ce qui ressort d'une vaste étude biennale menée par CROP pour le compte d'Éduc'alcool.

Plus de 6700 entrevues ont été menées à travers la province pour connaître les habitudes de consommation de la population, dont plus de 350 en Abitibi-Témiscamingue.

Quelque 51 % des personnes sondées dans la région affirment consommer des boissons alcooliques une fois par semaine ou plus, alors que 21 % consomment moins d'une boisson alcoolisée par mois.

Des chiffres en deçà de la moyenne québécoise. Pourtant, les répondants sont plus nombreux à boire de manière excessive. Ils étaient 49 % en 2017.

En 2019, ce chiffre s'élève à 57 %. On consomme moins fréquemment l'alcool qu'ailleurs au Québec. En Abitibi-Témiscamingue, on est plus nombreux à boire de manière excessive qu'ailleurs au Québec. C'est-à-dire qu'on dépasse les limites de consommation recommandées, rapporte le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy.

Les limites quotidiennes recommandées sont de deux verres pour les femmes et trois pour les hommes.

La conduite et l'alcool

Dans son étude, Educ'alcool soutient aussi que les conducteurs de l'Abitibi-Témiscamingue sont parmi les plus prudents au Québec. 58 % des personnes sondées affirment n'avoir jamais conduit un véhicule après avoir consommé de l'alcool, comparativement à 49 % au Québec.

C'est peut-être parce qu'il y davantage de barrages policiers qu'ailleurs. En Abitibi-Témiscamingue, il y a 36 % des conducteurs qui ont vu un barrage policier, c'est 10 points de plus que le reste du Québec, ajoute Hubert Sacy.

L'organisme ajoute qu'il s'agit de la première enquête révélant les pourcentages de consommateurs qui mélangent alcool et cannabis. Dans la région, ces consommateurs représentent 4 % de la population.

Abitibi–Témiscamingue

Consommation