•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto, capitale des ratons laveurs au Canada?

Un raton laveur regardant l'objectif.

Pour certains, Toronto est la capitale du raton laveur.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Ils sont partout… Dans la cour arrière de la maison, sur les trottoirs, sur les toits, dans les poubelles et même, parfois, dans les véhicules de transport en commun et dans les commerces. Les ratons laveurs sont les compagnons – pas toujours désirés – des Torontois. Ils font partie de la légende de la ville, au point où l'animal est considéré comme sa mascotte non officielle.

Un raton laveur s'est faufilé dans un wagon de métro de Toronto.

Un raton laveur s'est faufilé dans un wagon du métro de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs disent carrément que Toronto est la capitale nord-américaine, voire mondiale, des ratons laveurs. Mais il n’y a pas de recensement qui permet de connaître leur nombre exact au Canada. Le chiffre le plus précis que les experts ont pu fournir à CBC est qu’à Toronto il y a en une centaine par kilomètre carré.

On dénombre 100 ratons laveurs par kilomètre carré à Toronto.

On dénombre 100 ratons laveurs au kilomètre carré à Toronto.

Photo : Radio-Canada

Mais pourquoi les ratons laveurs se multiplient-ils dans la ville selon une courbe exponentielle qui semble infinie?

Selon deux experts, trois raisons expliquent le phénomène. Le sud de l’Ontario, et particulièrement Toronto, avec le lac Ontario et les rivières qui s’y jettent, est un habitat de rêve pour le petit animal.

Nous nous sommes installés et nous avons construit autour d’eux et ils sont restés sur place, explique Suzanne MacDonald, professeure à l’Université York et spécialiste du comportement animal.

La proximité du lac Ontario et des rivières font en sorte que Toronto est un habitat idéal pour les ratons laveurs.

La proximité du lac Ontario et des rivières font en sorte que Toronto est un habitat idéal pour les ratons laveurs.

Photo : Radio-Canada

Le raton laveur est également un citadin dans l’âme et il est attiré comme un aimant par les nouvelles choses. Contrairement à d’autres espèces, les ratons aiment se risquer à s’approcher et à observer de près tout ce qu’ils n’ont jamais vu… par exemple le contenu d’une poubelle ou l’intérieur de la maison d’un être humain. Et, surtout, ils n’ont pas de prédateurs naturels dans les villes.

Finalement, Toronto est faite sur mesure pour les ratons laveurs. La ville se fait vieille et il y a du bois pourri, des structures avec des trous qui permettent de se glisser en dessous et un nombre important d’arbres. La proximité des maisons et les clôtures qui permettent aux ratons laveurs de circuler facilement sont également un facteur important.

Les clôtures font de Toronto un environnement propice pour les ratons laveurs.

Les clôtures font de Toronto un environnement propice aux ratons laveurs.

Photo : Radio-Canada

Une fois que le raton laveur s’installe dans un quartier, il prend ses aises. Tous les ratons laveurs ont de nombreuses tanières. Alors, même s’ils vivent dans votre maison, ils en ont cinq ou six dans le quartier, souligne Brad Gates, propriétaire de la compagnie Gates Wildlife Control.

Les ratons laveurs sont aussi un enjeu financier pour les Torontois. La Ville de Toronto a dépensé 31 millions de dollars en 10 ans pour changer la conception des poubelles, pour qu'elles soient à l’épreuve de l’animal, mais avec un succès mitigé. Le raton laveur est un animal malin, très malin, qui apprend vite.

La Ville de Toronto a dépensé 31 millions de dollars en dix ans pour changer la conception des poubelles, pour qu'elles soient à l’épreuve des ratons laveurs.

La Ville de Toronto a dépensé 31 millions de dollars en 10 ans pour changer le design des poubelles, pour qu'elles soient à l’épreuve des ratons laveurs.

Photo : Radio-Canada

C’est une course aux armements évolutionniste. Les animaux qui peuvent survivre aux obstacles transmettent ces gènes à leur progéniture, qui vont aussi survivre. Alors avec le temps, nous avons des animaux plus intelligents et plus adaptés à la vie urbaine, explique Suzanne MacDonald.

Le combat pourrait donc être éternel…

Un raton laveur marche entre deux fils de téléphone.

Un raton laveur marche entre deux fils de téléphone.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Animaux