•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Investissement majeur pour le Centre d’excellence sur les drones d’Alma

Un drone.

Un drone mis à l'essai au Centre d'excellence sur les drones (archives).

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Radio-Canada

Le Centre d’excellence sur les drones d’Alma franchit une nouvelle étape pour s’imposer dans l’industrie des appareils volants sans pilote. Québec et Ottawa fournissent 1,6 million de dollars pour aménager un site d’exercice pour les drones.

Le Centre de préqualification Qualia prévoit l’aménagement d’un site pour tester et accréditer des drones et des capteurs dans différents scénarios.

Ce projet, évalué à 2,4 millions de dollars dans sa globalité, comprend des mises en situation comme des accidents de la route, des combats d’incendie, de la recherche en zone urbaine, de même que l’inspection des routes et des chemins de fer.

« Ça va être des infrastructures pour être capable de reproduire en temps réel des scénarios. Ça va être une reconstitution d'accident, l'inspection des bâtiments, l'inspection des infrastructures, l'inspection hydro-électrique, l'inspection ferroviaire, les pipelines... », explique Marc Moffat, directeur du Centre d'excellence.

Marc Moffat, le directeur du centre d'excellence des drones d'Alma, en compagnie des élus régionaux.

L'appui du gouvernement du Québec rejoint l'objectif de la Stratégie québécoise de l'aérospatiale 2016-2026 visant à développer le secteur des drones

Photo : Gilles Munger

Le député de Lac-Saint-Jean à Ottawa, Richard Hébert, se réjouit de ce projet. Avec l'innovation qu'ils ont développée puis l'expertise, ça va permettre à tous les gens du monde entier, et particulièrement au Canada, de parfaire leur expertise ici.

Le site a aussi pour but de former et d’accréditer les utilisateurs de drones. Ces exercices visent à tester les équipements pour atteindre des standards dans le domaine.

Dans le monde des drones, il existe actuellement très peu de normes et d'accréditations pour déterminer la qualité du drone, de ses caméras et de son utilisateur. Hydro-Québec, par exemple, peut difficilement rédiger un appel d'offres pour de tels services.

L'industrie est complètement nouvelle, les capteurs qui sont transportés dans ces appareils sont aussi relativement nouveaux, fait remarquer le représentant Microdrones, Sébastien Long.

Cette fausse petite ville sera construite derrière le Centre d'excellence sur les drones. Elle sera prête à l'automne 2020.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Transports