•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutte contre la méthamphétamine : craintes sur l'incorporation de la Fondation contre les dépendances à Soins communs

Une femme est en entrevue dans un salon.

L’ancienne directrice du département d’échange du savoir de la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances, Sheri Fandrey, soutient qu'il y a beaucoup d'incertitudes à propos de l'avenir de l'organisme, une fois que Soins communs aura pris en charge les opérations.

Photo : Radio-Canada / Holly Caruk / CBC

Radio-Canada

Intégrer la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances au sein de la nouvelle entité Soins communs pourrait faire perdre à l'organisme son indépendance et ralentir la lutte contre la crise de la méthamphétamine, soutient l'ancienne directrice du département d'échange du savoir de l'association, Sheri Fandrey.

J’ai l’impression que beaucoup de choses sont mises en suspens. Les décisions ne sont pas prises quand elles devraient l’être, dit l’experte en toxicologie, qui a pris sa retraite à la fin du mois de mai.

Elle estime qu’un plan d’action contre la méthamphétamine est nécessaire dès à présent. Mais sous le contrôle du gouvernement provincial, elle craint que l’organisme ne puisse plus prendre ses propres décisions sur le sujet.

D’ici trois ans, la nouvelle entité provinciale Soins communs, créée en 2017, chapeautera la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances. Ce sera également le cas d’autres organismes, tels que le Centre des sciences de la santé et le Centre de santé mentale de Selkirk.

Le but de leur regroupement au sein d’un même corps est de faciliter la planification des services de santé à travers la province. Mais, selon l’ancienne employée de la Fondation manitobaine de la lutte contre les dépendances, il s’agirait surtout d’une perte d’indépendance de l'organisme.

Restructuration du système de santé

La fusion de ces organismes s’inscrit dans le cadre de la réforme des services de santé de la province. C'est une des recommandations du rapport de la firme Virgo.

Selon Sheri Fandrey, cette mesure a été adoptée pour des raisons budgétaires et non pas pour améliorer les services de santé.

J’ai peur que l’innovation et notre responsabilité en ce qui concerne le combat contre la dépendance soient compromises, ajoute-t-elle.

Le directeur de la fondation, Damon Johnston, déclare pour sa part ne pas craindre les changements à venir. Selon lui, ils sont même l’occasion de rendre le système plus efficace.

De son côté, le gouvernement provincial soutient que l’Office régional de la santé de Winnipeg et l’Office de Santé Prairie Mountain travaillent au développement de services de sevrage pour lutter contre la dépendance aux substances psychotropes, dont les opioïdes et la méthamphétamine.

Le mois dernier, la province a par ailleurs annoncé que 12 lits seront ajoutés au sein du programme résidentiel de 28 jours de la Fondation manitobaine de lutte contre la dépendance.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique