•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les oiseaux de proie à l’honneur le temps d’une conférence à Sainte-Ursule

Hibou qui regarde la lentille avec des gens autour.

Un Grand-duc d'Amérique, lors d'une conférence sur les oiseaux de proie à Sainte-Ursule

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Ils sont souvent considérés comme des nuisances ou des méchants. Les oiseaux de proie étaient au coeur d’une conférence au parc des Chutes-de-Sainte-Ursule, dimanche.

Une biologique de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) est venue parler des enjeux liés à la survie de différentes espèces québécoises.

Une de nos deux missions est l’éducation, donc d’enseigner les connaissances sur les oiseaux de proie qui sont des animaux très méconnus, parce qu’ils sont très difficiles à observer, explique la biologiste Audrey Maynard.

Elle affirme qu’il est important de protéger les oiseaux de proie, comme les hiboux et les aigles. 

Ce sont des oiseaux qui sont au sommet de la chaîne alimentaire, alors ils sont de bons indicateurs de la qualité de l’environnement, de l’habitat, dit-elle.

En plus de démystifier ces oiseaux, l’UQROP s’est donné comme mandat de les soigner.

Protéger ces oiseaux-là, c’est de protéger nos habitats, c’est de savoir ce qu’il se passe sur le terrain dans le milieu naturel.

Audrey Maynard, biologique à l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie
Audrey Maynard au micro de Radio-Canada aux côtés d'un hibou.

La biologiste Audrey Maynard, de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie, en compagnie d'un Grand-duc d'Amérique.

Photo : Radio-Canada

L’organisme a un refuge pour oiseaux de proie qui s’appelle Chouette à voir! dans la région de Saint-Hyacinthe.

La biologiste Audrey Maynard affirme que ces oiseaux qui sont souvent persécutés sont en fait des oiseaux adorables.

Les citoyens qui ont participé à la conférence dimanche ont pu voir de près un Grand-duc d'Amérique, qui est le plus grand hibou du Québec, avec le harfang des neiges, explique Audrey Maynard.

Dame qui parle aux gens dans la nature, assis sur des chaises.

Une conférence sur les oiseaux de proie a eu lieu dimanche au parc des Chutes-de-Sainte-Ursule.

Photo : Radio-Canada

Cette activité s’inscrivait dans la volonté de la Municipalité de Saint-Ursule d’axer davantage sur la nature dans son offre estivale.

Mauricie et Centre du Québec

Animaux