•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une multinationale offre des bonus aux joueuses de l’équipe américaine de soccer

Toutes rassemblées pour une photo de groupe sous les confettis, les joueuses sourient à la caméra. Elles portent toutes un chandail où l'on peut lire « Championnes du monde ».

Les Américaines ont célébré leur victoire à la Coupe du monde de soccer dans les rues de New York, le 10 juillet.

Photo : AFP/Getty Images / JOHANNES EISELE

Agence France-Presse

La multinationale américaine Procter & Gamble a apporté son soutien aux joueuses américaines de soccer dans leur lutte pour l'égalité salariale dimanche. Elle leur a accordé une prime de 529 000 $ US après leur victoire à la Coupe du monde.

Dans une annonce pleine page publiée dans le New York Times, P&G a déclaré que l'entreprise, l'un des commanditaires de l'équipe par l’intermédiaire de sa marque Secret Deodorant, exhortait la Fédération américaine de soccer (USSF) à être « du bon côté de l'histoire ».

P&G a déclaré qu'elle donnait 23 000 $ US (près de 30 000 $ CA) à chacune des 23 joueuses qui ont aidé les États-Unis à remporter un quatrième titre en France le 7 juillet dernier.

« Après que tous les toasts, les applaudissements, les défilés et les récompenses se sont calmés, le problème demeure. L'inégalité, c'est plus qu'une question de salaire et de joueurs, c'est une question de valeurs », peut-on lire dans la publicité de P&G.

« Profitons de ce moment de fête pour faire avancer le sport féminin. Nous exhortons la Fédération américaine de soccer à être un modèle de force et à mettre fin une fois pour toutes à l'inégalité salariale entre les sexes, pour tous les joueurs. »

Le message invitait tous les « partisans, amis, sympathisants, organisations et marques » à se battre pour la parité salariale entre les sexes.

La décision de P&G intervient après que les championnes américaines eurent porté plainte en mars contre l'USSF pour discrimination. Elles dénonçaient les écarts de salaire par rapport à leurs homologues masculins, alors qu'elles ont eu beaucoup plus de succès.

Les Américaines ont reçu le trophée de championne à Lyon, après leur victoire contre les Pays-Bas en finale, tandis que des supporteurs ont clamé en cœur « l'égalité salariale ».

Ils ont également chanté l'hymne lorsque l'équipe a défilé dans New York mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports