•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs municipalités de la Mauricie en voie de dévitalisation

Une banderole de fanions est posée au-dessus de la rue principale de Louiseville.

La rue principale de Louiseville

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La vitalité économique de nombreuses municipalités de la Mauricie est négative, selon des données de l'Institut de la statistique du Québec.

Ma ville va-t-elle vivre ou s'éteindre? C'est à cette question que répond l'indice de vitalité économique.

L'Institut de la statistique du Québec effectue son analyse à partir de données sur le marché du travail, du niveau de la vie et du dynamisme démographique.

En Mauricie, de nombreuses municipalités connaissent un indice de vitalité économique négatif comme Saint-Édouard-de-Maskinongé, Saint-Alexis-des-Monts, Louiseville, Notre-Dame-de-Montauban, Trois-Rives et même Shawinigan dans une moindre mesure.

La Mauricie fait partie des régions où la dévitalisation est commencée. Quand on parle de dévitalisation, c'est de savoir comment on va faire un point de bascule pour recréer une économie qui est forte. Plus on a une bonne intensité économique, plus on a des services à la population, explique le consultant spécialiste en démographie et en vieillissement de la population, Pierre Bernier.

Le plus mauvais indice est enregistré à Sainte-Angèle-de-Prémont, soit de -15. La mairesse, Barbara Paillé, n'a pas d'espoir outre mesure, puisqu'il n'y a plus d’école ni d'église. Elle espère tout de même un développement à Louiseville qui pourrait attirer les jeunes familles.

Solutions

Pour le maire de Louiseville, si l'on veut aider les municipalités rurales, il faut soutenir les centres régionaux comme Louiseville. Louiseville est le cœur; le tour, c'est les artères. Donc, le cœur travaille fort, pompe le sang. C'est sûr que [si] Louiseville va pas bien, autour, ça va vraiment pas bien. C'est pour ça que ça nous prend des services. Pas juste à Trois-Rivières, souligne le maire, Yvon Deshaies.

Le consultant Pierre Bernier avance que ce sont les municipalités qui oseront le plus, prendront des risques pour attirer la population, qui s'en sortiront le mieux face a la dévitalisation.

Mauricie et Centre du Québec

Développement économique