•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des amateurs de jardinage inquiets des changements climatiques

Des pots dans lesquels se trouvent des plantes

La tournée annuelle des jardins organisée par la Société d'horticulture de Sudbury permet aux gens d'explorer plusieurs jardins communautaires et privés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les changements climatiques constituent une grande préoccupation pour plusieurs amateurs de jardinage du Grand Sudbury. Ils disent trouver la saison de culture de plus en plus imprévisible.

Fiona Tough est responsable de plusieurs jardins communautaires de la région du Grand Sudbury. Elle explique que si certains se portent bien actuellement, cela est loin d’être le cas pour tous cette année, en particulier pour les jardins éloignés des cours d’eau.

Nous dépendons entièrement de la pluie, donc on a beaucoup de difficultés, affirme-t-elle.

Elle indique par exemple que le début de la saison estivale a été caractérisé par des précipitations si abondantes qu’il était impossible de cultiver, tandis qu’une grande sécheresse se manifeste à la mi-juillet.

Beaucoup de nos légumes sont petits, beaucoup sont morts. Nous ressentons les effets des changements climatiques.

Fiona Tough, responsable de jardins communautaires dans le Grand Sudbury

Même constat de la part de Lucille Talo, qui réside à Whitefish, à l’ouest de Sudbury. L’amatrice de jardinage s’était déplacée vers la ville du nickel dimanche pour la tournée annuelle des jardins organisée par la Société d’horticulture de Sudbury.

Une femme qui porte un chapeau et des lunettes de soleil

Lucille Salo est amatrice de jardinage.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Elle a tenu à prendre part à l’événement annuel en partie pour découvrir les petits trucs dont les gens se servent pour bien faire pousser les plantes.

C’est épatant de voir les efforts que les gens déploient pour entretenir leur jardin, ça me donne envie de retourner chez moi et faire encore plus de jardinage, fait-elle savoir. 

Mme Salo, qui plante des légumes chez elle chaque été depuis plusieurs dizaines années indique qu’elle a dû s’y mettre très en retard cette année

On espère qu’on va avoir un beau mois de septembre puis qu’on va avoir les quatre mois d’agriculture qu’on a l’habitude d’avoir, note-t-elle. 

Il faut trouver des petits trucs pour garder l’humidité dans la terre pour que les choses poussent, parce que la chaleur rend les plantes encore plus délicates.

Lucille Salo, résidente de Whitefish

Elle se dit également inquiète pour ses petits-enfants, qu’elle a initiés au jardinage, et qu’elle aimerait voir jouir d’une bonne vie sur notre planète.

Mes petits-fils aiment marcher dans le jardin, ramasser des fèves et des carottes et c’est bon de voir que ça leur donne le sentiment de jouer un rôle dans la protection de la planète, conclut Mme Salo.

Nord de l'Ontario

Agriculture