•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bercail-Coop de solidarité cherche à rester ouvert

Des membres de la coopérative servent une cliente assise au comptoir.

Il est possible que Le Bercail ouvre de nouveau ses portes au cours des prochaines semaines.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

Miriane Demers-Lemay

Après avoir annoncé la fermeture précipitée du Bercail cette semaine, l’équipe de la coopérative tente maintenant de trouver des solutions pour que le restaurant demeure ouvert.

En quelques jours, le moral a changé au Bercail. Les membres travailleurs de la coopérative voient maintenant une lueur d’espoir à leur avenir rapproché.

La publication qu’on a faite mercredi passé a suscité tellement de gens, qu’on est en train de travailler avec la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER) et avec la Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ) pour que Le Bercail puisse revivre, explique la chef cuisinière et seule membre restante du conseil d’administration, Jessica Otis.

Mercredi, l’équipe a annoncé la fermeture définitive du café-bistro en raison de problèmes d’assurances et du départ de trois membres du conseil d’administration.

L’annonce a généré des centaines de réactions sur les réseaux sociaux de clients qui ont déploré la perte de l'endroit à Rimouski.

Une cuisinière prépare un bol de nourriture sur une étagère.

La chef cuisinière Jessica Otis se réjouit de la multitude de réactions de clients à travers la province à la suite de l'annonce de la fermeture du restaurant.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

J’avouerais qu’on était un peu découragés, "à boutte" avec tout ça. Alors on n’a pas cherché de solution, explique Jessica Otis.

Des ressources sollicitées

La chef cuisinière explique que plusieurs personnes leur ont alors indiqué des options et des ressources pour contourner leurs problèmes d'assurances, comme le conseiller municipal du district de Sainte-Blandine/Mont-Lebel, Dave Dumas.

Je revenais d’une rencontre sur l’avenue [de la] Cathédrale, quand j’ai vu une affiche qui disait : "Dernier menu de la semaine, fermeture définitive", raconte ce dernier. Je n’en croyais pas mes yeux. Je suis entré à l’intérieur et les demoiselles m’ont dit que c’était à contrecœur, que c’était en raison des assurances qu’il était impossible pour eux de rester ouverts.

J’avais du mal à croire ça, poursuit Dave Dumas. J’adore ce petit restaurant qui est une coopérative, qui sert des menus santé et régionaux. Alors je leur ai indiqué des ressources présentes, comme la SOPER et la Coopérative de développement régional.

On est fatigués, mais on est plus motivés que jamais.

Jessica Otis, chef cuisinière du Bercail

Quand j’ai communiqué avec la SOPER, ils m’ont donné de l’espoir, poursuit Jessica Otis. Il y a de l’espoir et j’y crois.

Restructuration de l'équipe

La chef cuisinière explique que trois personnes devront remplacer les trois administrateurs partants jusqu’à la prochaine assemblée générale, qui pourrait se tenir dans les prochains jours.

On veut faire une assemblée générale publique, pour avoir le plus de gens pour nous aider, dit Jessica Otis. Ça a tellement généré d’intérêt des gens que je pense qu’on leur doit un peu ça.

Si on ouvre, ça ne veut même pas dire qu’on va rester dans le même local, dit la chef cuisinière, qui ajoute que la fermeture du Bercail pourrait bien durer des semaines ou des mois. Ce sera tout plein de choses à gérer.

Le restaurant, qui est ouvert depuis 2012, devra bel et bien fermer ses portes dimanche en raison de l’échéance de ses assurances. Mais cette fermeture pourrait donc être temporaire.

Bas-Saint-Laurent

Entrepreneuriat