•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexann Petiquay, première Autochtone à participer à la Traversée

Avec son bonnet de natation sur la tête, Alexann Petiquay sourit à proximité d'un plan d'eau.

Alexann Petiquay sera la première nageuse autochtone à participer à la Traversée internationale du lac Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Melissa Paradis

Radio-Canada

Pour la première fois de l’histoire, une nageuse issue des Premières Nations participera à la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Alexann Petiquay de Mashteuiatsh sera du départ à la fin juillet.

La jeune femme de 22 ans a commencé à nager il y a 10 ans avec le Club Gami de Roberval. Son entraîneuse, Nancy Guay, l'a vue évoluer pendant bon nombre d'années.

Quand elle a commencé à nager en eau libre, on voyait déjà que c’était une fille de longue distance, par son style de nage et par son endurance.

Nancy Guay, entraîneuse

Alexann n’en est pas à ses premières brasses dans ce redoutable plan d’eau. Elle a déjà participé à plus d’une reprise au Marathon de la relève, une compétition de 10 kilomètres entre Mashteuiatsh et Roberval en marge de la Traversée. Cette épreuve lui a permis de se frotter aux conditions souvent difficiles du lac Saint-Jean.

Alexann Petiquay, dans une piscine, s'adresse à son entraîneuse accroupie sur le bord.

Alexann Petiquay s'entraîne avec le club Neptune Natation.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Depuis, Alexann Petiquay rêve de participer à la grande épreuve de 32 kilomètres. Elle a grandi dans la petite communauté innue située en bordure du grand lac.

Je fais ça pour moi. J’aime vraiment la longue distance.

Alexann Petiquay

Il y a trois ans, elle a même déménagé à Québec, puis à Montréal afin de s'exercer davantage et de meilleure façon.

Ce n’est pas facile de sortir de sa communauté toute seule et habiter dans son appartement et avoir un mode de vie toute seule, souligne-t-elle.

Aujourd’hui, elle enchaîne les entraînements avec le club Neptune Natation. Elle nage environ 50 heures par semaine depuis le mois de mars pour se préparer.

Alexann Petiquay pose en compagnie de sa mère.

Alexann Petiquay espère finir la grande traversée dans les temps réglementaires.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Sa mère, Nathalie Dominique, la soutient dans ce défi. Je lui ai parlé et je lui ai dit : "Tu es une femme autochtone, donc oui, il y a beaucoup de pression sur toi. Les Premières Nations sont derrière, mais les concessions, c’est toi qui les fais alors tu dois nager pour toi. Tu nages dans la cour des grands".

Son objectif le 27 juillet? Rallier l’arrivée.

Lors de sa traversée, Alexann Petiquay va parcourir le double de la distance à laquelle elle est habituée. Malgré la difficulté de cette épreuve, elle compte bien toucher la mythique plaque d'arrivée comme l'ont déjà fait les plus grands nageurs du monde.

Elle ne se fixe aucun objectif précis, mais souhaite finir l’épreuve dans les temps réglementaires.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Nage en eaux libres